InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Commission Administrative de l'Union Départementale le 27 novembre
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

18 février 2011

SNFOLC : TOUS LES ETABLISSEMENTS SONT TOUCHES

Dans le cadre de la RGPP et de la prétendue nécessaire réduction des déficits publics, les gouvernements successifs n’ont qu’un seul objectif: celui des suppressions d’emplois (85. 000 en 5 ans dans l’Education nationale).

Les outils pour atteindre ce but sont maintenant clairement définis :
  1. Les contre-réformes (lycée, masterisation,STI2D...),
  2. La remise en cause des statuts,
  3. L’attaque frontale contre les enseignements
Nous avons fait les comptes dans le département: aux 110 postes de l’an passé, il faut ajouter les 171 à la rentrée prochaine qui n’ont pas été créés pour répondre à l’augmentation du nombre des élèves depuis 2 ans.

C’est donc près de 300 postes qui nous manquent en Loire-Atlantique !

Alors le Ministère et le Rectorat organisent la pénurie généralisée.

Les Dotations globales horaires tombent, une à une, dans les établissements, et l’horreur se dessine pour la prochaine rentrée:
  • 203,5 heures de moins au lycée Appert (l’équivalent de 12 postes!),
  • 129 heures au lycée J. Perrin (7 postes) etc..

Tous les établissements sont touchés. Il n’est pas possible que les élèves et les personnels de l’Education nationale soient sacrifiés à la prétendue nécessité de la réduction des déficits publics. Aucune fermeture de poste n’est acceptable!

C’est pourquoi l’Assemblée générale du SNFOLC (lycées et collèges) réunie le 28 janvier a voté une résolution qui invite les collègues à se réunir dans les établissements pour établir les revendications : combien de postes supprimés, combien de compléments de service en prévision, comment se met en place l’aide personnalisée ou le tronc commun en Première, etc…

Nous proposons que chacune de ces réunions mandate un collègue (ou deux) pour participer à une première AG de centralisation le mercredi 23 février au syndicat.