InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Commission Administrative de l'Union Départementale le 27 novembre
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

04 mars 2011

HOPITAL DE ST-NAZAIRE : INTERVENTION FO A LA MANIFESTATION DU 3 MARS 2011

Chers Camarades, chers Collègues, Usagers ou futurs usagers de l’hôpital public,

Nous sommes ici aujourd’hui pour défendre les revendications des personnels des urgences de l’hôpital de St-Nazaire en grève depuis le 7 février dernier concernant :
  • Le manque de personnels soignants
  • L’insuffisance des capacités d’hospitalisation de l’hôpital de St-Nazaire
  • La menace de la perte d’une ligne SMUR

En effet, face à une augmentation de l’activité de + de 40 % en 8 ans et une augmentation de la charge de travail de 70%, les personnels des urgences ne peuvent plus accueillir de manière satisfaisante et sécuritaire les patients.

Le fait simplement de donner à boire, à manger, de les accompagner, de les écouter leur ait tout bonnement devenu impossible. Il est parfois même impossible d’offrir simplement une oreille attentive.

Le manque de lits dans les services, amène les patients à attendre des heures et des heures dans des conditions parfois extrêmement difficiles (parfois 6 à 8 heures allongés sur des brancards dans le sas des urgences avec un chauffage au fuel nauséabond).
Chaque jour, le taux de capacité d’hospitalisation sur l’hôpital de st-Nazaire atteint 97 %, ce qui donne peut de marge de manœuvre pour accueillir les nouveaux patients. Les personnels n’en peuvent plus, certains avouent avoir honte d’y travailler. Ils décrivent faire de « l’abattage » et ne veulent plus travailler dans ces conditions dégradées.
De plus, il est envisagé de supprimer, pour raisons financières, un des 2 SMUR de St-Nazaire. Force Ouvrière dénonce les moyens alloués aux établissements hospitaliers pour répondre à leur mission de service public. Les décisions de l’ARS ( agence régionale de santé, véritable préfecture de santé, chef d’orchestre de la politique du  démantèlement de l’hôpital public) s’avèrent extrêmement dangereuses pour la population. Bref, les urgences vitales ne seront plus nécessairement prises en charge de la même façon. Nous vous rappelons que 200 à 300 fois par an, les 2 SMUR sortent simultanément.
Aujourd’hui, nous affirmons  qu’il est de plus en plus difficile voire impossible d’assurer notre mission de service public.
C’est pourquoi, les personnels des urgences (infirmiers, aides-soignants, brancardiers) avec les organisations syndicales FO, CGT, CFDT de l’hôpital et soutenus par toutes les unions locales de St-Nazaire, mènent ce combat afin de pouvoir garantir un service public hospitalier de qualité.

Force Ouvrière rappelle que la situation financière catastrophique de l’hôpital de St-Nazaire (4.6 millions d’euros de déficit) comme 80 % des hôpitaux en France est entre autre la conséquence de la mise en œuvre des politiques d’austérité via la RGPP (révision générale des politiques publiques) commanditée par l’union européenne, et la mise en œuvre de la loi Bachelot via les restructurations hospitalières comme par exemple la Cité Sanitaire.
Concrètement, cette politique va contraindre une énième fois, l’ensemble des agents hospitaliers à supporter un plan de retour à l’équilibre drastique.
Au vu déjà des conditions de travail dégradées, de la prise en charge des patients détériorée, ce plan annoncé pose la véritable question de pouvoir encore garantir une mission de service public hospitalier à la population nazairienne.

Comme le personnel des urgences, Force ouvrière appelle l’ensemble des hospitaliers à rentrer en résistance.
Nous invitons les personnels à venir nombreux le vendredi 11 mars à 14H15 devant la tour administrative pour un premier débrayage.
___ __ _
Contact : Rachèle BARRION, Secrétaire du Syndicat FO des Hospitaliers de St-Nazaire
Email : fo@ch-saintnazaire.fr