InFOrmation syndicale

Le XXVIIème congrès de l’Union départementale CGT-FO de Loire-Atlantique se tiendra le 13 mars 2018 à Rezé - Halle de la Trocardière, sous la présidence de Jean-Claude Mailly, secrétaire général de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière. => N'HÉSITEZ-PAS, VENEZ NOMBREUX !

- Lundi 19 février : Commission Administrative de l'Union Départementale, à 9h30
- Du lundi 26 au vendredi 30 mars : Stage de formation "Découverte FO et moyens d’action du syndicat"

Vacances de FO44, le Blog, du 24 février au 12 mars

07 décembre 2011

TRANSPORT AERIENS : LE DROIT DE GREVE ATTAQUE

La Confédération Force Ouvrière s’associe au communiqué de la Fédération FO de l’équipement, des transports et des services, pour dénoncer la proposition de loi déposée par le député Diard, visant à porter atteinte au droit de grève dans les entreprises de transport aériens de voyageurs.

La proposition a notamment pour but d’obliger les grévistes, au moins 48h avant le début programmé du conflit collectif, à se déclarer de façon irréversible gréviste, ou non. La non information de l’employeur occasionnerait, pour le salarié, une sanction disciplinaire!

Le député Diard omet les règles de base applicables dans le transport aérien : il existe déjà une obligation de préavis, au cours duquel les parties sont tenues de négocier. C’est parce que les employeurs refusent trop souvent de négocier que les salariés n’ont d’autres choix que de recourir à la grève !

Également, obliger les salariés à se déclarer personnellement gréviste porte une atteinte irrémédiable au droit de grève, constitutionnellement protégé.

FO condamne une proposition populiste et démagogique, qui vise à discréditer l’action collective des salariés.

La Confédération Force Ouvrière rappelle qu’elle se bat continuellement pour la préservation d’un service public de qualité, et que si un mouvement de grève éclate dans une entreprise ou un établissement, c’est que l’employeur a très souvent refusé de négocier! La responsabilité des préjudices éventuels subis par les usagers pèse avant tout sur les épaules des employeurs; il est trop facile de faire porter le chapeau aux salariés grévistes!

Pour Force Ouvrière, la proposition de loi doit être retirée sans délai.