InFOrmation syndicale

- La confédération FO organise son 1er salon CE, le 7 novembre Plus d'inFOs...
- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

21 mars 2012

LE "M.E.S." DANS TOUT SES ETATS

Le 2 février, le Traité instituant le MES (1) a été adopté par les représentants des Etats de la zone euro, aussitôt ratifié dans la précipitation et en catimini par le Parlement français.

Dans la foulée, le 2 mars, les Etats membres de l'UE (à l'exception du Royaume-Uni et de la République tchèque) ont signé le TSCG (1). Ce nouveau Traité "oblige les parties contractantes de transposer la règle de l'équilibre budgétaire dans leurs systèmes juridiques nationaux au moyen de dispositions contraignantes, permanentes et de préférence constitutionnelles". Le respect de cette obligation relèvera de "la compétence de la Cour de justice de l'Union européenne" habilitée à infliger des "sanctions financières et astreintes". Tout cela "en tenant compte de la nécessité de respecter, dans la mise en oeuvre du présent traité, le rôle spécifique des partenaires sociaux."

C'est la dictature corporatiste ! Mais ce "Super-Maastricht" reste à ratifier après les élections, condition à la mise en oeuvre du MES au 1er mars 2013.

Le MES fonctionnera comme le FMI dont il n'est d'ailleurs que l'annexe européenne. Dirigé par un "conseil des gouverneurs", ses membres bénéficieront d'une totale immunité juridique et fiscale. Basé dans le paradis fiscal luxembourgeois, il se réunira avec le FMI, qui aura "qualité d'observateur".

"Les prêts octroyés par le MES bénéficieront d'un statut de créancier privilégié comme ceux du FMI, tout en acceptant que le FMI soit privilégié par rapport au MES". Et "conformément aux pratiques du FMI, dans le cas où un soutien à la stabilité est octroyé, il sera accompagné d'une conditionnalité sous la forme d'un programme d'ajustement macroéconomique".

Bref, dominé par une Allemagne qui en détiendra 27,1464 % des parts, le MES, instrument du capital financier américain, infligera à l'Europe les dévastations que l'Afrique a subies au fil des "pratiques" des "plans d'ajustement structurels" du FMI. Pour se relancer, écarter la crise qui menace de tout emporter, l'Amérique a besoin d'intensifier la guerre économique mondiale, comme elle a besoin de la guerre tout court...

La prise de contrôle de PSA par Général Motors, l'annulation des commandes chinoises d'Airbus, la fermeture en cascade des entreprises sous-traitantes de la Navale, doivent nous alerter sur la nouvelle catastrophe industrielle qui menace de se déchaîner après les élections. Et si le pire n'est jamais sûr, mieux vaut s'y préparer.

A cet égard, l'action commune sur des objectifs revendicatifs communs, scellée à notre initiative à Saint-Nazaire par toutes les unions locales pour qu'il n'y ait aucun licenciement dans la sous-traitance navale est porteuse d'avenir.

Avec l'échec du "syndicalisme rassemblé" et la déstabilisation de "l'Intersyndicale" officielle des partisans de l'UE, en préservant notre indépendance, nous avons tout à gagner de proposer l'action commune dès lors que les buts revendicatifs sont clairement établis.

Comme en 1969 où la CGT-FO avait rallié le mouvement ouvrier au NON au référendum corporatiste, en 2012, nous pouvons faire l'unité pour la non ratification du TSCG qualifié à juste titre de "ni amendable, ni négociable" par Jean'Claude Mailly. [LIRE : DEUX TRAITES GIGOGNES, NI AMENDABLES NI NEGOCIABLES]
___ __ _
1-Mécanisme Européen de Stabilité. TSCG: Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance au sein de l'Union économique et monétaire.
JA