InFOrmation syndicale

MARDI 22 MAI GRÈVE DANS LA FONCTION PUBLIQUE - DU LUNDI 18 AU VENDREDI 22 JUIN STAGE CE/CSE - ...

25 avril 2012

LA LIBERTÉ DU RENARD DANS LE POULAILLER

La Commission européenne n’en rate pas une. Dans un rapport récemment publié elle appelle à une plus grande flexisécurité. Cela passerait par exemple, selon elle, par une flexibilité du montant du SMIC en fonction de la situation économique. En clair, le SMIC pourrait augmenter ou baisser!

Cela rejoint la démarche initiée par le gouvernement et soutenue par le patronat des «accords compétitivité-emploi», fraîchement rebaptisés de sauvegarde de l’activité et de l’emploi. C’est-à-dire, rappelons-le, la faculté, par accord majoritaire (à 50%), de baisser concomitamment la durée du travail et les salaires pour un hypothétique maintien de l’emploi.

À noter au passage: ces accords seraient temporaires, mais les salariés qui les refuseraient seraient définitivement virés. Nous disons virés car le patronat se refuse à employer le terme de licenciement, craignant vraisemblablement qu’une confédération comme Force Ouvrière ne dépose plainte au BIT relativement au non-respect de la convention 158 sur le licenciement. Mais quelle que soit l’appellation, aux termes de cette convention, toute rupture initiée par l’employeur est un licenciement.

Comme nous l’avons déjà dit, il n’est pas question pour Force Ouvrière de rentrer dans cette logique et les syndicats qui s’y risqueraient ne feraient rien d’autre que confectionner la corde pour pendre les salariés!

En France comme ailleurs et au niveau européen lui-même, il est plus que temps de sortir de la logique suicidaire d’austérité. C’est ce que nous réaffirmerons notamment à l’occasion du 1er Mai 2012, journée de revendication et de solidarité internationale.

Il faut tordre le cou à l’idée selon laquelle la libre concurrence doit tout régler. D’abord parce qu’elle n’existe pas. Ensuite parce que la concurrence non encadrée et réglementée c’est la liberté du renard dans le poulailler. Enfin parce qu’il n’appartient pas à l’entreprise de régenter la société. Un exemple d’actualité est celui de la téléphonie mobile. L’octroi à Free d’une quatrième licence, au nom du consommateur et de la concurrence, pénalisera in fine les salariés, les consommateurs et l’État sur les rentrées fiscales.

À terme, ce sont par exemple au moins 30.000 emplois qui sont menacés en France. Nous avons d’ailleurs évoqué ce dossier avec nos camarades marocains, puisque dans la filiale marocaine de Free (centre d’appels) une grève a éclaté.

Alors, à l’heure où la campagne électorale présidentielle bat son plein, il serait important que les responsables politiques conjuguent effectivement volontarisme et action pour préserver la démocratie et la République, et pour assurer le progrès économique et social.

Nous ne commenterons pas les résultats du premier tour des élections présidentielles, sauf à relever un bon taux de participation et le fait que ce que l’on pourrait qualifier de votes protestataires (d’expressions diverses) représente un tiers des suffrages exprimés.

En ce qui nous concerne, nous saurons rappeler au futur gouvernement nos positions, dont notre refus de l’austérité, conjuguant analyses, revendications et, si nécessaire, action.

Dans tous les cas, Force Ouvrière saura prendre ses responsabilités, en toute liberté et indépendance.