InFOrmation syndicale

Le XXVIIème congrès de l’Union départementale CGT-FO de Loire-Atlantique se tiendra le 13 mars 2018 à Rezé - Halle de la Trocardière, sous la présidence de Jean-Claude Mailly, secrétaire général de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière. => N'HÉSITEZ-PAS, VENEZ NOMBREUX !

- Du lundi 26 au vendredi 30 mars : Stage de formation "Découverte FO et moyens d’action du syndicat"
- Jeudi 22 mars : Grève et Manifestations à l'appel des Fédérations des Fédérations de Fonctionnaires FO - CGT - CFTC - CGC - FSU - Solidaires - FAFP [Trop, c’est trop ! Grève nationale le 22 mars dans la fonction publique]

Vacances de FO44, le Blog, du 24 février au 12 mars

10 mai 2012

MÉTALLURGIE 44: ACCORD GAGNANT CHEZ NOVAFERM

2,8% d'augmentation en masse, dont 1,7% d'A.G., arrachés de haute lutte

Dans une déclaration datée du 5 mars dernier, la section FO de Novoferm (usine de fermetures métalliques située à Machecoul) se déclarait particulièrement inquiète du virage pris par la direction à l'occasion des NAO 2012. A savoir une rupture de la pratique contractuelle traditionnelle permettant des gains de pouvoir d'achat et des améliorations diverses pour l'ensemble des salariés.


En riposte, FO, majoritaire à Novoferm, avait déclaré avoir remis son propre cahier revendicatif et qu'elle entamait la mobilisation pour que ce dernier soit discuté point par point.

Au cours des deux premières séances de négociations "obligatoires" annuelles, la direction campa sur ses positions, déclarant lors de la seconde rencontre avec les syndicats le 12 mars : "il n'y aura pas d'augmentation salariale non financée par des gains de productivité ou une amélioration du chiffre d'affaires".

Appel à débrayage ... et rétablissement des "A.G."
La section FO de Novoferm en tira la conclusion qui s'imposait dans un communiqué diffusé le surlendemain, et qui appelait les salariés à participer massivement à un débrayage convenu avec les autres syndicats le 20 mars: "C'est donc 0% en augmentation générale (...) La direction doit comprendre que FO ne peut signer (ces propositions patronales). La direction ne nous laisse pas le choix. (...) Seul le rapport de force pourra faire évoluer les propositions de la direction. (...) Elle demande à (celle-ci) la réouverture immédiate des négociations".

Sentant le vent du boulet, la direction accepta la réouverture des discussions, FO suspendant du coup son appel à débrayer.

La nouvelle réunion se tint le 4 avril. Elle se conclut par un compromis reposant sur une augmentation de 2,8% de l'ensemble de la "masse salariale", dont 1,7% d'augmentation générale des salaires.

C'est là une double victoire pour FO, qui a décidé de signer l'accord : non seulement la direction a reculé sur son projet de suppression pure et simple des AG, mais ces dernières constituent en masse le principal volet de l'accord : 1,7%, contre 1,1% pour toutes les autres formes cumulées d'augmentation de la masse salariale, et recensées ci-dessous :
  • Concernant les augmentations individuelles, FO a prévenu qu'elle serait attentive à la politique d'individualisation de la direction,
  • Autre acquis important de la négociation : la remise à jour de la grille salariale au vu des minis conventionnels garantis (TEG).
  • Ce à quoi s'ajoutent diverses concessions patronales complétant le "grain à moudre" pour parvenir aux 2,8% d'augmentation de la masse salariale : revalorisation de la prime "vacances" de 200 à 300 euros, revalorisation de 50% à 55% de la participation de l'employeur aux chèques-déjeuner, etc.