InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Commission Administrative de l'Union Départementale le 27 novembre
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

12 décembre 2012

FO SE FÉLICITE DU RETOUR AU «COMMISSARIAT AU PLAN»

Ce retour concrétise une revendication récurrente de Force Ouvrière figurant dans nos résolutions de congrès* et remise en avant lors de la conférence sociale de juillet dernier sur laquelle le Premier ministre dans son discours de clôture nous a donné satisfaction. 

Le rapport dont a été chargé Yannick Moreau vient d’être remis au Premier ministre; il plaide pour la mise en place d’un Commissariat général à la stratégie et à la prospective et propose de réduire les instances sectorielles, ce que FO préconisait.

Auditionnée par la mission Moreau, FO avait pu faire part de ses préconisations visant à remettre en place une structure transversale de réflexion et de prospective.

En effet, FO partage le diagnostic établi sur la faiblesse des outils actuels en matière de stratégie et de prospective et sur une certaine inflation d’organismes par grandes politiques publiques.

Retrouver un lieu permanent de dialogue à froid d’expertise et de prospective marque la volonté de retrouver un lieu où l’on peut discuter de tout, de manière démocratique et sans ambiguïté ou confusion des rôles.

C’est ce caractère transversal et interministériel qui manquait depuis la disparition du Commissariat au Plan. Le gouvernement devrait prendre ses décisions au vu du rapport d’ici la fin de l’année. FO se félicite donc de sa recréation tout en restant vigilante sur les modalités de sa prochaine mise en place et son rattachement à Matignon plutôt qu’à un ministère particulier.


* Résolution générale du congrès confédéral de février 2011: «Le congrès demande la réinstallation du Commissariat général au Plan. Outil de cohérence, de mise en perspective, de prise en compte du moyen et long terme, il constituait un instrument inestimable pour favoriser le désenclavement et pour lutte contre la désertification du territoire, pour resituer la place du service public au regard des besoins et pour réinstaurer la péréquation indispensable à un aménagement équilibré et durable du territoire».