InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap (le 5 décembre 2017) Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

21 février 2013

Élections : VENT EN POUPE À SAUNIER-DUVAL


Sévère claque pour la direction locale de Saunier-Duval Nantes aux élections DP/CE du 31 janvier dernier.

Elle escomptait voir son vieux rêve réalisé : pouvoir sabrer le champagne avec ses légionnaires CFDT, quand sonnerait le glas de Force Ouvrière à l'issue du dépouillement du scrutin.


En ramenant de 4 à 3 le nombre des sièges titulaires à pourvoir au CE dans le premier collège à Saunier-Duval ECCI, l'Inspection du travail avait d'ailleurs dressé dans le paysage syndical la guillotine providentielle dont le couperet décapiterait à jamais FO, en "raccourcissant" de un à zéro le nombre des représentants FO dans cette instance.

Cet acharnement à détruire Force Ouvrière n'a cessé de monter en puissance au cours des dernières années, et la "CFDT-voix de son maître" s'est livrée à toutes les outrances contre le syndicalisme indépendant durant les semaines précédant le vote.


Petit rappel historique
Ce safari anti-FO allant crescendo, il est vrai, ne doit rien au hasard.

Avant que Saunier-Duval ne soit rachetée par la multinationale allemande Vaillant, Force Ouvrière avait permis le développement dans l'entreprise d'une pratique contractuelle se traduisant, à l'instar de "l'accord Société" mis en place par FO à l'aérospatiale, par des gains de pouvoir d'achat au fil des NAO.

Et conscients du rapport de forces, les dirigeants d'alors de la société s'étaient, de leur côté, résolus à jouer aussi la carte de la pratique contractuelle.

La donne économique et sociale a radicalement changé dans les années qui ont suivi l'intégration en 2001 de Saunier-Duval dans la multinationale allemande Vaillant.

En effet, cette dernière a choisi d'asseoir son "redéploiement" industriel sur l'externalisation des productions vers les pays à bas coûts de main d'oeuvre (Chine et Europe de l'Est en particulier).

Dès lors, dans la stratégie de Vaillant, l'usine nantaise est devenue un site à "dégraisser" tant au niveau des productions que du coût du travail.

Mais la mise en oeuvre de cette "gouvernance" s'est heurtée à une pierre d'achoppement : le syndicat Force Ouvrière de Saunier-Duval. D'où l'opération de déstabilisation de FO, méthodiquement conduite depuis plusieurs années maintenant, et la mise en orbite parallèle de la "CFDT-voix de son maître"

La portée du succès de FO aux élections de 2013

Dans le contexte qui vient d'être rappelé ci-dessus, les élections DP/CE de janvier 2013 étaient donc considérées, tant par la direction que les forces syndicales en présence, comme une bataille à l'issue déterminante pour l'avenir du site industriel nantais et de ses salariés.

Un enjeu clairement perçu également par de très nombreux métallos, qui ont compris que, pour éviter de se faire "arcelor-mitalliser", il se devaient de renforcer l'assise du syndicat de la résistance : la CGT-Force Ouvrière.

Ce qui se produisit, avec pour FO des marges de progression électorale entre 2009 et 2013 qui rebrassent la donne à Saunier Duval-ECCI.

- FO a conservé son siège titulaire et son siège suppléant en CE premier collège. Cela sur la base d'une solide consolidation électorale : + 5,85 % (de 23,89% en 2009 à 29,74 en 2013).

- La poussée de FO dans ce même collège est encore plus marquée en DP : + 7,89% en titulaires (de 21,95 à 29,84%).

- Et même si les scores y demeurent modestes (5,35 % de voix en CE titulaires et 3,28% en DP), FO pend pied dans le second collège, d'où elle était absente, faute de candidats, en 2009.

... et un score sans appel de 78,5% à Saunier-Duval SDPR !

Saunier-Duval Pièces de Rechange (SDPR) est une entité du groupe d'un peu moins de 50 salariés, délocalisée du Mans et réinstallée sur le site de Nantes.

Ce qui avait donné lieu à une première élection pour la mise en place d'une délégation unique provisoire. Dans le premier collège, FO et la CFDT avaient obtenu chacune un siège titulaire.

Lors du nouveau scrutin qui vient d'avoir lieu, FO, avec 78,5% des suffrages, s'est adjugé les deux sièges.


Suite à l'élection, l'UD-FO a désigné comme délégué syndical à Saunier-Duval ECCI Franck Mariot, comme représentant syndical au CE Patrice Pambouc, et au CHSCT Loïc Chantreau.