InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Commission Administrative de l'Union Départementale le 27 novembre
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

15 février 2013

LA RÉGION ET L'EMBALLAGE DE SES 200 "EMPLOIS D'AVENIR"


Au Conseil Régional des Pays-de-la-Loire, l'heure est au développement durable et "citoyen" ... des "emplois d'avenir" n'ayant que vocation des plus aléatoires à déboucher sur des emplois "durables".

Répondant à "une préoccupation majeure du gouvernement", la Région doit en recruter 200 dans les 3 ans à venir, "et même davantage si le dispositif venait à être prorogé",


Les intéressés auront les mêmes fonctions que celles dévolues aux TOS des lycées (au nombre de 2 300 dans la Région), "entretien ménager et restauration étant les deux métiers principalement identifiés pour la déclinaison du dispositif" (...) le positionnement des emplois s'organisant prioritairement dans les lycées pour lesquels les besoins de recrutement sont identifiés pour les années à venir compte tenu de départs en retraite".

... Suivez mon regard ...

Mais soi-disant que ce serait faire un faux procès à la Région que de voir là un processus de remplacement de fonctionnaires par des contrats-jeunes précaires. Pour justification alléguée : les recrutements seraient organisés "hors vacance de poste", et à l'issue de leur "emploi-jeune" nouvelle appellation les plus chanceux pourraient se voir "recrutés sur des postes vacants" (comme TOS).

On sait d'expérience que, dans la pratique politique, ce type de promesses n'engage que ceux qui y croient.

D'autant que pour se prémunir de l'accusation de viser l'embauche de précaires en lieu et place de personnels à statut, la Région est conduite à présenter ses recrutements d'emplois d'avenir comme s'effectuant en sur-nombre par rapport aux besoins du service, censés être déjà couverts (et le rester) par des personnels fonctionnaires. On irait donc vers 200 emplois doublons.

Pas très conforme, à l'heure de la dictature de la "Dette", aux "préoccupations majeures du gouvernement" ... que le Conseil régional se targue de décliner avec zèle : "règle d'or" du TSCG, "dégraissages" en tous genres des services publics prônés haut et fort par les rapports d'une Cour des Comptes présidée par le socialiste Didier Migault, etc.

Il y a donc fort à parier que la belle pochette-surprise publicitaire des 200 emplois-doublons aura tôt fait de se déchirer, au fil des départs à la retraite, des arrêts-maladie, etc. ("provisoirement", se justifiera-t-on) non remplacés.

Comme le dirait Martine Aubry, attention au "loup" planqué dans l'emballage...

Première fausse note révélatrice: parmi les quelques emplois d'avenir déjà recrutés, il se trouve une titulaire d'un CAP remplissant les conditions pour une embauche directe "durable" comme TOS ...