InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Commission Administrative de l'Union Départementale le 27 novembre
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

05 février 2013

PAS DE POT CHEZ MANITOU À ANCENIS


Chez Manitou, l’année 2012 s’est soldée sur un échec des négociations annuelles obligatoires. La direction a bloqué à 2.2% d’augmentations générales, alors que l’assemblée générale des syndiqués et sympathisants nous avait mandatés pour un accord à 3%.

Après avoir dressé un procès verbal de désaccord à la demande de la CFDT, la direction ne nous laissait pas d’autre choix que de mobiliser l’ensemble des salariés pour tenter de la ramener autour de la table des négociations.

Mais la faible charge de travail du début d’année ne nous permettant pas d’organiser la grève dure, nous attendions une opportunité pour entreprendre une action plus brève.

L’occasion se présenta le lundi 14 janvier lors du pot de début d’année organisé sur le temps de travail par la Direction.

La section FO décida alors d‘appeler tous les salariés à boycotter le pot de la direction. La CGT s’est tout de suite jointe à notre appel, et un tract en commun a été rédigé. La CFDT, quant à elle, ne s’est raccrochée au mouvement qu’au dernier moment.

Le rassemblement des salariés était prévu à 15 h 30 sous le hall des expéditions, à 50 mètres de l’atelier où devait avoir lieu le pot de la direction.

Résultat : 80% à 90% des salariés de la production nous ont rejoints, ainsi que de nombreux salariés d’autres services (bureau d’études, maintenance, méthodes, outillage…).

De son coté, la direction s’est donc retrouvée devant un parterre très clairsemé. C’est alors qu’un clash s’est produit entre Marcel Braud (fondateur de Manitou et actuel président du conseil d’administration) et la direction générale, Monsieur Braud ne comprenant pas d’avoir à s’adresser à si peu de salariés.

Après ¼ d’heure et un coup de gueule mémorable, Marcel Braud a alors quitté la petite assemblée.

Depuis, la direction nous a rappelés, et trois nouvelles réunions de négociations ont été programmées, le 28 janvier et les 4 et 13 février.