InFOrmation syndicale

VACANCES "FO44.ORG" DU 15 JUILLET AU 1er SEPTEMBRE 2017

18 mars 2013

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU SYNDICAT FO DE LA CENTRALE EDF DE CORDEMAIS - Interview du secrétaire général de la FNEM-FO


L'assemblée générale du syndicat CGT-Force Ouvrière d'EDF-Cordemais s'est tenue le 26 février 2013, en présence de Vincent Hernandez, secrétaire général de la Fédération Nationale de l'Energie et des Mines (FNEM-FO), ainsi que de Michel Le Roc'h, secrétaire général adjoint de l'Union Départementale.

Auparavant, une délégation du syndicat, accompagnée de Vincent Hernandez, avait rencontré le directeur de la centrale électrique afin de lui rappeler les positions et revendications de Force Ouvrière.





L'Ouest Syndicaliste : Le CDI est actuellement attaqué de toutes parts avec l’ANI. Pour autant, avec un statut particulier et protecteur comme celui des IEG, vous sentez-vous concernés ?

Vincent Hernandez : Oui, car la «sécurité» dans l’emploi des IEG se voit aujourd'hui remise en cause. Pour exemple, à la Centrale à charbon d’Hornaing, 86 agents statutaires devraient être remerciés le 31 mars 2013.

EON annonce un plan de départs volontaires et un dispositif de reclassement interne, mais où iront les salariés visés? A GDF Suez, à EDF, au sein d’EON Groupe dans les pays de l’Est ?

Seules FO Mines et une autre organisation syndicale revendiquent la poursuite industrielle de ce site. Nous avons appelé ensemble à une grève nationale début février qui s’est déjà traduite par des mouvements locaux.

L'O.S. : Sur la centrale de Cordemais comme dans d’autres unités de production, le recours à la sous-traitance est particulièrement important. Quel est ton avis sur ce genre de procédé ?

V. Hernandez : Plus les activités sont sous-traitées, moins l’entreprise compte de charges sociales, d’investissement, de coûts de stockage, voire même de responsabilités sociales. Faire appel à la sous-traitance implique une flexibilité en vue d’une réduction des effectifs.

De plus, l’organisation de la sous-traitance conduit à un transfert de risques sur les salariés et à la déresponsabilisation des différents acteurs.

Les entreprises doivent reconsidérer leur main-d’œuvre (CDD, Intérim) et améliorer l’attractivité des métiers. D’autant plus que ces métiers nécessitent des compétences longues à acquérir.

Encore trop de contrats de sous-traitance sont synonymes d’ajustement de masse salariale et de réduction des coûts au détriment de la qualité des activités et de la formation des intervenants.

L'O.S. : La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim a fait grand bruit dans les médias et continue de faire couler beaucoup d’encre. Est-ce que FO Énergie et Mines s’est positionnée sur ce sujet ?

V. Hernandez : Nous sommes mobilisés contre la fermeture de la centrale alsacienne de Fessenheim. Nous avons d’ailleurs déposé, le 11 février 2013, un recours auprès du Conseil d’État pour contester la légalité de la nomination d’un délégué interministériel chargé de la fermeture de la centrale.

En effet, la décision du gouvernement ne se fonde sur aucun texte juridique. Nous attaquons donc le décret nommant M Francis Rol-Tanguy à ce poste, afin de montrer que la décision de fermeture n’est fondée sur aucun argument économique, juridique ou de sûreté.

Rappelons que l’ASN (Agence de Sûreté Nucléaire) avait donné son feu vert à l’exploitation de la tranche 1 de la centrale pour les 10 prochaines années, sous certaines conditions. Conditions remplies par EDF, puisque les travaux de renforcement de la dalle de béton (radier) sous le réacteur 1 commenceront le 13 avril 2013 et seront achevés fin juin.

L'O.S. : On peut déduire que vous défendez le secteur du nucléaire et du thermique à flamme. Mais intégrez-vous justement l’émergence des énergies renouvelables ?

V. Hernandez : Notre position intègre justement les «nouvelles» énergies, car nous sommes pour un mix énergétique. C’est-à-dire pour l’intégration de tous les moyens possibles de production d’énergie (électricité, gaz, charbon, hydraulique, …).

Nous sommes pour une sorte de bouquet énergétique diversifié. Dans ce cadre, il convient, pour FO Énergie et Mines, de maintenir l’objectif des 3x20 (réduction d’au moins 20 % des émissions de gaz à effet de serre, amélioration de 20 % de l’efficacité énergétique, 20 % d’énergie renouvelable dans la consommation énergétique) avec une production nucléaire en l’état qui permet d’assurer l’équilibre production/consommation, de subventionner les ENR (énergies renouvelables) et de garantir l’indépendance énergétique.
___ __ _
L'Ouest-Syndicaliste : http://www.fo44.org/p/louest-syndicaliste.html