InFOrmation syndicale

- La confédération FO organise son 1er salon CE, le 7 novembre Plus d'inFOs...
- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

04 mars 2013

L'ENROBAGE TRÈS "SUBSIDIAIRE" ET "CITOYEN" DES "EMPLOIS D'AVENIR" EN PAYS-DE-LA-LOIRE


Dans le cadre de ses "Assises régionales 2012-2013", la Région des Pays-de-la-Loire organisait une "conférence régionale de l'économie et de l'emploi durables" le 7 février dernier. Une de plus, devrait-on préciser, car c'est apparemment par dizaines que se comptent les "événements labellisés Assises régionales 2012-2013" ayant noms : "ateliers du futur", "panels citoyens", "frises de questionnements", et autres "immersions prospectives" inscrites sur l'agenda 2012-2013 de "l'Innovation".


En sa qualité territoriale de "partenaire social ligérien", l'UD-FO reçut donc une invitation à participer à ladite "conférence régionale de l'emploi durable", et, une fois n'est pas coutume, missionna un volontaire pour ouïr le forum sur l'immersion prospective du panel citoyen.

Le vice-président du Conseil régional, M. Clergeau, tira les conclusions des "tables rondes" du matin sur la chose : des questionnements participatifs, il résultait l'émergence du "principe de subsidiarité", dont il définit la modernité dans les termes mêmes de l'Encyclique Quadragesimo Anno de Pie XI (1931): la prise de décision à l'échelon le plus pertinent. Mais bien sûr, comme on le verra ci-après, dans le cadre du corporatisme. Puis M. Clergeau se lança dans la stimulation critique du gouvernement, pour que l'Acte III de la décentralisation équivale à un "renversement de la table".

L'après-midi, le missionné de service de l'UD-FO laissa traîner ses oreilles, et accessoirement son organe vocal, à "l'atelier" dit : "emplois d'avenir, quel rôle pour les territoires?"

Un "atelier" régi par le principe de subsidiarité, les "partenaires sociaux" étant là pour "s'emparer" des 4000 emplois d'avenir visés par l'échelon supérieur en Pays-de-la-Loire.

Après un rappel, douloureux à certaines oreilles, sur la nature dudit principe de subsidiarité, le promeneur FO fit savoir que "s'emparer" des emplois d'avenir n'était pas l'horizon du syndicalisme indépendant. Il se fit alors reprendre par le subsidiaire "modérateur", qui rappela que les acteurs de la société civile étaient là pour s'atteler à la mise en oeuvre des emplois d'avenir, et non porter jugement sur les choix des échelons supérieurs ayant décidé du bien commun.

Sommé de rentrer dans les clous du débat participatif ou alors de poser une question concrète, l'impertinent se risqua à en poser une, bien sûr restée sans réponse citoyenne : "Parmi les employeurs prévus des 4000 emplois d'avenir, il y a les hôpitaux. N'est-ce pas la garantie "durable" de la dégradation du service public par le recrutement de jeunes sans formation, palliant au rabais les déficits en personnel statutaire ? Il y a aussi les "entreprises citoyennes" du nettoyage industriel. Qui peut croire que ce n'est pas là offrir aux rapaces une main d'oeuvre bon marché ?"