InFOrmation syndicale

- Lundi 25 septembre 2017 : mobilisation FO et CGT Transports contre les ordonnances Macron
- Jeudi 28 septembre 2017 : mobilisation des retraités et retraitées
- La prochaine Commission Administrative élargie se tiendra le lundi 2 octobre à St Géréon. +d'inFO...

05 avril 2013

DES CITOYENS RENONCENT AUX SOINS POUR RAISONS FINANCIÈRES

Les inégalités d’accès aux soins ne sont pas que géographiques.

Elles peuvent aussi être financières et entraîner des renoncements aux soins. Selon une étude de l’IRDES (Institut de recherche et de documentation en économie de la santé) publiée en novembre 2011, 15,4% de la population adulte a déclaré en 2008 avoir renoncé à des soins médicaux, pour des raisons financières, dans les douze mois précédents.

Un phénomène qui se concentre surtout sur les soins dentaires (10% de la population concernée), l’optique et les consultations de médecins généralistes et spécialiste. L’IRDES conclut que ces difficultés s’expliquent en partie par l’absence de couverture santé complémentaire et par les prix pratiqués par les professionnels de santé. En juin 2011, l’assurance-maladie soulignait quant à elle dans un rapport «une persistance de reste à charge élevé» pour les assurés, notamment en optique et dentaire, soins pour lesquels les remboursements de la Sécurité sociale restent faibles. La Caisse nationale d’assurance-maladie relevait en outre que les compléments d’honoraires demandés pouvaient «générer des difficultés d’accès aux soins».

Environ 40% des spécialistes (85% des chirurgiens libéraux) et 11% des médecins généralistes pratiquent des dépassements d’honoraires. La dernière convention médicale, conclue en novembre entre l’assurance-maladie et les syndicats de médecins libéraux, contient des mesures visant, par un système incitatif, à limiter ce phénomène et à sanctionner les dépassements abusifs. Mais cette dernière question fait débat au sein des syndicats de praticiens.
___ __ _
Article paru dans FO Hebdo 3067