InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Commission Administrative de l'Union Départementale le 27 novembre
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

11 avril 2013

LES HOSPITALIERS ET LES TERRITORIAUX MANIFESTENT LEUR DÉTERMINATION

À l’appel de la Fédération FO des Services publics et de Santé, les fonctionnaires hospitaliers et territoriaux étaient en grève le 4 avril. Une manifestation nationale a rassemblé plus de 6.000 personnes à Paris.
Dire stop à l’austérité: tel était le fil rouge de la mobilisation organisée par la Fédération FO des Services publics et de Santé (SPS FO) le 4 avril.


 Une journée qui s’est traduite par la grève dans les secteurs des collectivités territoriales et de la santé, et par une manifestation nationale à Paris qui s’est achevée par un meeting en plein air. Plus de 6.000 fonctionnaires hospitaliers et territoriaux ont défilé dans les rues de la capitale pour dénoncer la mise à mal du service public, les réductions d’effectifs et le gel de leurs salaires. Autant d’éléments qui découlent des politiques d’austérité. «Ces politiques se déclinent selon deux axes, celui des restrictions budgétaires, avec par exemple le gel depuis 2010 des dotations de l’État aux collectivités territoriale et leur réduction envisagée de 4,5 milliards d’euros en 2014 et 2015. Du côté de la santé, l’enveloppe allouée chaque année aux hôpitaux ne permet pas aux établissements de répondre aux besoins de la population», indique Didier Bernus. Le Secrétaire général de la fédération FO a notamment cité le nouveau centre des grands brûlés des hôpitaux de Marseille, qui «n’a pas les moyens de tourner à plein régime». «À côté de ces pressions budgétaires très fortes, les gouvernements successifs mettent en place des réformes structurelles qui détricotent le service public, comme la loi Hôpital, patients, santé, territoires (HPST) ou la loi de décentralisation de novembre 2010, qui commence à se mettre en place», explique-t-il.

Yves Kottelat, secrétaire adjoint de la fédération SPS FO, chargé de la branche des collectivités territoriales, renchérit: «La réforme de 2010 regroupe des services publics entre collectivités territoriales. Pour donner un exemple, le ramassage journalier des ordures va se transformer dans certains endroits en un passage hebdomadaire. Des agents vont changer d’employeur et il y aura un recours accru à des recrutements contractuels de droit privé.»

Autre inquiétude et opposition de FO: le projet de création d’une collectivité unique en Alsace, le Conseil d’Alsace, qui prévoit la fusion des départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et la Région Alsace et «qui à terme se traduira par une diminution de 40% des personnels».

Contre la casse du service public, maintien des effectifs

Mardi 4 avril, les personnels territoriaux et hospitaliers et leurs représentants syndicaux FO ont donc fait valoir leurs revendications: le maintien d’un service public de qualité, l’arrêt des suppressions d’emplois, l’amélioration des conditions de travail ainsi que l’augmentation de 5% des rémunérations et une prime de 200 euros pour rattraper les pertes de pouvoir d’achat.

Leurs revendications ont reçu le soutien d’autres fédérations FO et de la Confédération. Lors d’un meeting en plein air à l’issue de la manifestation, Michelle Biaggi, Secrétaire confédérale FO, a indiqué que cette journée de mobilisation s’inscrivait «dans l’attachement viscéral de la confédération Force Ouvrière aux principes républicains de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité». Hubert Raguin, responsable de la Fédération de l’Enseignement FO, a rappelé que les enseignants étaient largement mobilisés contre la réforme des rythmes scolaires. Pour la Fédération générale des fonctionnaires FO, Claude Simoneau a quant à lui déclaré que les agents de la fonction publique d’État étaient eux aussi «dans une phase ascendante de mécontentement», avec notamment la Modernisation de l’action publique ou MAP, qui prévoit un plan d’économies dans la fonction publique. Et va donc entraîner, dans le droit fil de la précédente «réforme», la RGPP, des réductions d’effectifs et des fermetures de services.
___ __ _
Article paru dans FO Hebdo 3070