InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Commission Administrative de l'Union Départementale le 27 novembre
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

12 juin 2013

LE SYNDICAT FO DES TERRITORIAUX DE NANTES APPORTE SON SOUTIEN CONTRE LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES


Le syndicat CGT-FO des territoriaux de Nantes apporte son total soutien aux unions locales CGT-FO, CGT, la section locale de SNUIPP-FSU, les personnels territoriaux de St Nazaire et de la Carène, dans leur combat contre la « réforme des rythmes scolaires » issue de la loi PEILLON.

Le passage en force du gouvernement à imposé les rythmes scolaires dès la rentrée de 2013, comme à Nantes, aboutit à des conséquences destructrices pour le statut de la Fonction Publique.

Au nom de « l'intérêt de l'enfant », le gouvernement s'attaque au statut particulier des enseignants, remet en cause celui des ATSEM et par voie de conséquence désorganise les plannings, les horaires, créée des inquiétudes pour l'avenir des agents de l'accueil périscolaire et des animateurs et tout cela dans un « Projet Educatif Local »

Dans les écoles primaires de la ville de Nantes, beaucoup d’ATSEM ont demandé un temps partiel de 90%, pour éviter le travail du mercredi.

10 écoles pilotes expérimentent la fin du temps scolaire à 15h pour pratiquer différentes activités culturelles et sportives  à l'extérieur de l’établissement.

Dans les écoles maternelles et primaires, de 15h à 16h, viendront des intervenants artistiques, de soutien avec des enseignants et autres activités.

De 16h à 16h30 période transitoire pour le gouter et possibilité pour les parents de venir chercher leurs enfants.

L’école se termine à 16h pour les enseignants : que vont-ils faire ? Les agents de l’accueil périscolaire prennent la responsabilité des enfants, en primaire, de 16h à 18h30, les ATSEM et les agents de l’accueil périscolaire, en maternelle, de 16h à 18h30.

D'autre part, la mairie demande l'engagement des parents de ne pas venir chercher leurs enfants entre 16h30 et 17h30 dans le cadre des activités culturelles et sportives.

Ce ne sont que des exemples.

Le 12 février dernier, seule notre organisation syndicale était présente devant la mairie de Nantes, à l'appel des syndicats enseignants du SNUDI-FO, FERC-CGT et SUD demandant le retrait du projet de loi PEILLON.

En son temps, Claude ALLEGRE voulait « dégraisser le mammouth » Aujourd'hui, c'est l'ensemble du statut national de la Fonction Publique qui est remis en cause. Leur politique, c'est de créer un statut local pour tous les agents de la Fonction Publique sous l'autorité territoriale (communes, intercommunalités). C'est aussi le partage du travail et des revenus contribuant à travailler plus pour gagner moins.

Notre organisation soutiendra toutes les initiatives qui permettront de faire échec à la loi PEILLON, contraire aux intérêts des agents, des parents donc des enfants.
___ __ _
Pétition : EMPÊCHER LA MISE EN PLACE DES "RYTHMES SCOLAIRES"