InFOrmation syndicale

Le XXVIIème congrès de l’Union départementale CGT-FO de Loire-Atlantique se tiendra le 13 mars 2018 à Rezé - Halle de la Trocardière, sous la présidence de Jean-Claude Mailly, secrétaire général de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière. => N'HÉSITEZ-PAS, VENEZ NOMBREUX !

- Lundi 19 février : Commission Administrative de l'Union Départementale, à 9h30
- Du lundi 26 au vendredi 30 mars : Stage de formation "Découverte FO et moyens d’action du syndicat"

Vacances de FO44, le Blog, du 24 février au 12 mars

11 octobre 2013

INCENDIE DANS UNE USINE TEXTILE AU BANGLADESH: UNE NOUVELLE FOIS, LA RESPONSABILITÉ DES DONNEURS D’ORDRE EST POSÉE

Communiqué de Force Ouvrière

Quelques mois seulement après l’effondrement de l’immeuble du Rana Plaza au Bangladesh, qui a provoqué la mort de près de 1.200 travailleurs de l’industrie textile, un grave incendie dans une autre usine textile - Aswad Knit Composit - qui fabriquait des vêtements pour des groupes occidentaux, a fait sept morts mercredi 9 octobre. 

Une nouvelle fois, la question de la sécurité des travailleurs de l’industrie textile au Bangladesh est posée. Combien de morts faudra-t-il compter pour que ces travailleurs puissent bénéficier des conditions de sécurité indispensables pour exercer leur profession?

Pour Force Ouvrière, les donneurs d'ordre doivent s'assurer, au-delà de leurs déclarations de bonne volonté de la mise en conformité des unités de production de leurs fournisseurs avec les normes fondamentales de sécurité des bâtiments et des installations électriques.

Leur vigilance doit s'étendre impérativement à toute la chaîne de sous-traitance et ne pas se contenter des audits réalisés chez leurs fournisseurs principaux. Le respect, notamment, des principes directeurs de l'OCDE concernant les entreprises multinationales leur impose une obligation de diligence raisonnable en raison de leur relation d'affaire qui va au-delà du premier contractant.

Selon notre organisation, les autorités de l'Etat du Bangladesh doivent aussi assumer leurs responsabilités de contrôle. La répression des actions en cours pour obtenir un salaire minimum décent ne peut continuer d'être la seule réponse de l'Etat bangladais aux conditions de vie et de travail déplorables des travailleurs de l'industrie textile. Les donneurs d'ordre, de leur côté, doivent également assumer les conséquences de la négligence dont ils ont fait preuve en acceptant d'indemniser correctement les victimes et leurs familles.