InFOrmation syndicale

Vacances de FO44.ORG, du 22 décembre 2017 au 8 janvier 2018

28 novembre 2013

RETRAITES : MANIFESTATION DU 26 NOVEMBRE 2013 À NANTES

Nantes, le 26 novembre 2013
Discours de Michel LE ROC’H, Secrétaire Adjoint de l’Union départementale FO de Loire Atlantique


Camarades,

Après le rejet unanime du projet de loi au Sénat le 5 novembre dernier et une 2ème lecture abrégée à l'Assemblée pour cause de désaccord à gauche, les députés sont appelés aujourd'hui à se prononcer sur ce texte par un vote bloqué.

Depuis la publication du projet de loi au mois de septembre dernier, nous avons expliqué et démontré que celui-ci s'attaquait à l'essentiel des droits des retraités et des futurs retraités.

Il y a bien entendu l'allongement de la durée de cotisation. Mais il y a également un certain nombre de mesures scélérates, dont certaines sont passées quasiment inaperçues. Le projet de loi remet en cause par exemple une possibilité de départ anticipé des salariés et fonctionnaires handicapés !

En effet, en supprimant le critère de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé pour le droit à la retraite anticipée, le projet prive une partie des personnes en situation de handicap d’un juste départ alors même que leur handicap au regard de l’emploi est reconnu par une instance autorisée.

Honte à ce gouvernement et aux députés qui oseraient voter ce projet de loi.


Camarades,

Les politiques d'austérité imposées par Bruxelles et mises en œuvre docilement par le gouvernement, avec la réforme des retraites, l'ANI, la réduction des déficits publics, les rythmes scolaires et le gel des salaires conduisent notre pays à la catastrophe.

Un rapport à en-tête de la Commission Européenne publié il y a quelques semaines confirme même les effets désastreux des politiques d'austérité mises en place dans la zone euro de 2011 à 2013. L’austérité budgétaire aurait ainsi fait perdre à la France, en cumulé entre 2011 et 2013, 4,8% de croissance, soit une moyenne de 1,6% par an et plus d'un million d'emplois.

Cependant, et malgré cette étude, la Commission Européenne, loin de desserrer l'étau sur les États de la zone euro, annonce déjà une intensification des « réformes » nécessaires pour réduire les déficits publics. Bruxelles a ainsi validé le projet de budget français et souligné la nécessité de réduire encore le coût du travail. Alors que l'économie française est en berne, avec 107 700 emplois détruits en un an et un pouvoir d'achat vacillant, la Commission Européenne propose sans surprise de poursuivre dans la même voie et avec davantage d'ardeur qui plus est.

Camarades,

L'objectif principal, à peine dissimulé, est d'accélérer le démantèlement des acquis sociaux, quitte, si c'est le prix à payer, à déprimer notre économie nationale.

Dans ce contexte, et au delà de la réforme des retraites, FORCE OUVRIERE se prononce nettement pour l'action commune, sur des bases revendicatives claires de refus des politiques d'austérité. Nous refuserons par contre de participer aux initiatives diverses, sans base revendicative, dont le but est d'accompagner, contre les acquis des travailleurs, la politique du gouvernement et de l'Union Européenne.

___ __ _
"CONTRE RÉFORME" DES RETRAITES : APPEL FO / CGT / FSU / SOLIDAIRES / UNEF 44 À MANIFESTER