InFOrmation syndicale

VACANCES "FO44.ORG" DU 15 JUILLET AU 1er SEPTEMBRE 2017

16 décembre 2013

MME TAUBIRA, MINISTRE-CAUTION DE LA "JUSTICE" NÉO-COLONIALISTE ET DE LA CRIMINALISATION DE L'ACTION SYNDICALE

Avec le soutien public de 500 syndicalistes et démocrates, le Comité International Contre la Répression (CICR) avait convié Elie Domota, le leader guadeloupéen du LKP (Collectif contre l'exploitation sur l'île) à tenir du 11 au 15 juin 2012 cinq conférences d'information en Métropole, dont l'une à la Bourse du travail de Nantes le 13 juin.

Au cours de son intervention et dans l'interview qu'il avait accordée à L'Ouest Syndicaliste, Elie Domota s'inquiétait des non-réponses de Madame Taubira, la nouvelle Garde des Sceaux du gouvernement Hollande-Ayrault, aux multiples courriers du CICR et du LKP lui demandant de stopper la politique judiciaire, à fort relent néo-colonialiste, de ses prédécesseurs sarkozytes.
Et au vu, non seulement de la poursuite, mais, plus grave, de l'aggravation de la répression à l'encontre des militants syndicalistes et des démocrates guadeloupéens (avec, cerise sur le gâteau,  menaces contre leurs avocats), Elie Domota de conclure : "Décidement, le  changement, c'est PAS maintenant".

Un an et demi plus tard, à l'évidence, le "changement", c'est moins que jamais "maintenant" (notamment avec la pratique systématisée des tests ADN sur les syndicalistes). D'où la ènième "lettre ouverte" que le comité national vient d'adresser à la médiatique Garde des Sceaux, pour la mettre devant ses responsabilités face à la criminalisation de l'action syndicale sous les tropiques. Ce au profit des exploiteurs/descendants des grandes familles coloniales-négrières des siècles passés.