InFOrmation syndicale

VACANCES "FO44.ORG" DU 15 JUILLET AU 1er SEPTEMBRE 2017

21 février 2014

150 syndiqués à l'Assemblée Générale de la FNEC-FP-FO 44

L'assemblée générale de la FNEC-FP-FO de Loire-Atlantique, qui s'est tenue le 31 janvier dernier en présence de Jacques Paris, secrétaire général du SN-FO-LC, de Michel Le Roc'h, secrétaire-adjoint de l'UD, et des secrétaires des syndicats départementaux affiliés à la Fédération FO de l'Enseignement, a connu cette année une affluence particulièrement forte, réunissant près de 150 profs, instits et personnels administratifs.

Au cours de son exposé, Jacques Paris ne manqua pas de pointer les dangers dont est porteuse la régionalisation pour l'enseignement, notamment professionnel.
Mais il souligna aussi l'ampleur de la résistance aux projets du ministre Peillon, que ce soit sur la territorialisation de l'Ecole (rythmes scolaires) ou sur la remise en cause du décret de 1950 régissant le statut des enseignants du secondaire et des classes préparatoires.
Aux élections de représentativité de 2011, FO s'était imposée comme la première organisation syndicale dans la fonction publique d'Etat, notamment du fait de sa constance dans la défense du service public républicain et de la laïcité institutionnelle.
Le renouvellement des "comités techniques" (où les scores réalisés par les organisations syndicales déterminent leur représentativité pour trois ans) est fixé au 4 décembre 2014. D'ores et déjà la FNEC-FP-FO  prépare l'échéance activement, en lien avec les autres syndicats et fédérations FO de la fonction publique, et également avec l'interprofessionnelle.
Mais d'ici là les personnels enseignants et administratifs ont une échéance immédiate sur leur calendrier : la mobilisation pour créer le rapport de force public-privé par la grève le 18 mars prochain. L'AG a permis de le constater : les syndiqués FO de l'Education nationale sont bien déterminés à mettre toute leur énergie dans cette bataille inscrite au proche horizon.

A l'issue de l'assemblée générale, les divers syndicats relevant de la FNEC ont réuni séparément leurs adhérents pour faire le point sur leurs revendications et objectifs spécifiques.

On lira ci-dessous quelques extraits de la résolution adoptée par l'AG du SN-FO-LC 44 (71 présents), ainsi que le point de la situation dans les écoles primaires et maternelles du département réalisé (depuis l'AG de la FNEC) par notre camarade Jacques Moisan.


Extraits de la résolution adoptée par le SN-FO-LC 44
Statuts
La grève des «prépas» a contraint le ministre à renoncer à appliquer ses projets en 2014. Pour FO, le ministre doit renoncer définitivement à ses projets. Les mesures annoncées début janvier se traduiraient par la mise en place de missions «hors enseignement» définies localement. À ce jour, 400 assemblées de personnels ont pris position pour le retrait définitif des projets Peillon. Les collègues ne veulent pas d’un allongement du temps de présence dans les établissements pour effectuer des tâches toujours plus nombreuses, définies localement, autres que l’enseignement de leur discipline.

Postes
Rentrée 2014 : poursuite et aggravation de l’austérité ! Pour notre département :
- moins 17 Equivalents Temps Plein pour 630 collégiens en plus : un enseignant pour 37 élèves !
- 39 ETP pour 1131 lycéens supplémentaires !

Nous voulons garder des obligations définies en maxima hebdomadaires d'heures d'enseignement disciplinaires, et nous refusons que nos obligations de service entrent «dans le cadre de la réglementation sur le temps de travail applicable à l’ensemble de la fonction publique» (1607 heures). Nous demandons clairement le retrait du "projet Peillon" sur les "métiers".
Nous demandons la création immédiate des postes nécessaires pour couvrir les besoins liés à la démographie et au rétablissement des postes supprimés depuis 2005.
Nous exigeons l’ouverture immédiate de négociations salariales sur l’augmentation du point d’indice incluant le rattrapage des années bloquées.

(...) Nous appelons donc l’ensemble des collègues dans les établissements à se réunir, à établir les cahiers de revendications, et à préparer le 18 mars sur les bases les plus larges possibles (...)


Le SNUDI pour l'unité syndicale sur les créations de postes

Classes sans instits ! Inacceptable !

Jeudi 6 février, selon nos informations, ce sont 80 remplacements d’instituteurs en congé maladie (ou en stage) qui n’ont pas été assurés, soit 420 heures de cours volés. Idem très certainement vendredi 7, lundi 9, etc.
Les services de ce qu’il reste de l’Inspection académique 44 ne maîtrisent plus rien. Résultat : des classes de cours préparatoire, année de l’apprentissage de la lecture, sans enseignant ; des classes de 45, 50 élèves, voire plus, en attendant l’arrivée hypothétique d’un remplaçant. Le ministre avait pourtant prétendu faire de l’école primaire «une priorité». Les médias avaient annoncé l’arrivée de «maîtres supplémentaires» : "un maître de plus que de classes ! ", nous disait-on.

Faire l'unité sur une revendication départementale : 180 postes a minima !

Dans ce contexte, le Snudi-FO 44 a obtenu d’un autre syndicat un chiffrage commun à 180 postes. Il en faudrait au moins la moitié pour la seule question des remplacements. Autant dire qu’il s’agit là d’un chiffrage à minima. D’autant que l’on s’attend à 2000 élèves supplémentaires en septembre 2014, et que la dotation ne permettra pas de faire face.
FO propose bien sûr l’unité d’action sur des bases qui permettent de rassembler le plus grand nombre, mais sans oublier le combat contre l’école des «territoires» maquillée en réforme des rythmes scolaires.

... Et l'unité le 18 mars contre l'austérité

Hollande préside ce samedi 8 février la deuxième réunion du Conseil stratégique de la dépense publique. Objectif : trouver au moins 50 milliards d'euros d'économies. La Cour des comptes a suggéré l’idée de geler les procédures d’avancement des fonctionnaires. Avec la valeur du point d’indice bloqué depuis juillet 2010, ça commence à faire beaucoup.(...) Alors tous en grève dans l'unité le 18 mars !