InFOrmation syndicale

Vacances de FO44.ORG, du 22 décembre 2017 au 8 janvier 2018

24 février 2014

STX : FO fait sauter l'accord de compétitivité CFDT/Direction

En ce lundi matin 10 février, prenant connaissance de la presse locale et nationale, le lecteur non averti pourrait en conclure que FO a mangé son chapeau. En effet, la même presse qui, la semaine dernière , accusait FO de vouloir couler le Chantier naval en s'opposant à l"accord de compétitivité" signé par la CFDT et la CGC avec la Direction de STX, accord qui conditionnerait prétendument les commandes de navires, raconte aujourd'hui que FO aurait décidé de ne plus s'y opposer... En quelque sorte nous aurions capitulé et retourné notre veste !
Grossiers mensonges.
En réalité la Direction placée devant le vide qu'aurait provoqué la dénonciation de l'accord par les syndicats FO et CGT majoritaires, et face à la colère des salariés, a choisi de céder aux demandes de FO plutôt que l'aventurisme de la terre brûlée qui, à l'évidence, aurait rendu plus qu'aléatoire le carnet de commandes...
Et tant pis pour l'estomac  de la CFDT victime d'une indigestion de couleuvres...

On lira ci-dessous le détail des concessions arrachées par FO. Il n'y a pas de gel des rémunérations mais des augmentations ! Il n'y a plus de travail gratuit ! 

Ce succès a valeur d'exemple pour tous ceux qui sont actuellement confrontés dans leurs entreprises au chantage des employeurs qui , forts de la loi scélérate du 14 juin 2013 de transposition de l'ANIhttp://www.fo44.org/2013/06/loi-dite-de-securisation.html signé le 11 janvier par  la CFDT, la CFTC et la CGC, font le chantage à l'emploi et tentent d'imposer la réduction du coût du travail et la flexibilité.


Déclaration de la section FO-STX du 7 février :
"Pour sécuriser les trois avancées arrachées,  FO signera l’accord salarial" 
" Suite à la demande de FO, une ultime réunion de négociations salariales s’est tenue le vendredi 7 février à midi.
Considérant que la proposition de la direction faite au cours de la réunion du 6 février ne répondait pas à nos attentes, FO a demandé un coup de pouce prioritairement sur les augmentations générales.
La direction a fait une petite concession en portant de 0,8% à 1% le budget des Augmentations Individuelles.
Au total, la politique salariale 2014 passe de 2,2% à 2,4% et sera donc :
- augmentations générales de 0,4% au titre de l’accord «compétitivité», au 1er mars 2014,
- augmentations générales de 1,0%, au titre du passage de 34,65 heures à 35, au 1er mars 2014,
- augmentations individuelles de 1,0%, dont 0,1% pour des mesures de rattrapage dans le cadre de l’égalité professionnelle.

Répondant à une demande de FO, la Direction a confirmé que ce budget de 0,1% pourra être utilisé aussi pour relever le salaire des ouvriers, ex-apprentis, embauchés en CDI en 2013 dont le taux horaire est inférieur au taux horaire du SMIC.

Sécuriser les trois avancées obtenues par FO 
Cet accord salarial comprend également les trois avancées importantes négociées et obtenues par FO le mardi 4 février ; ceci malgré la signature de l’accord de «Pacte social pour compétitivité» le vendredi 31 janvier par deux syndicats :
- Sur le «gel» des jours ARTP : les jours ARTP gelés seront restitués aux salariés, sans condition, à la fin des 3 années de gel (au lieu des 6 années de «gel» prévues dans l’accord de «compétitivité»). Cela répond à la demande de FO.
Une autre revendication FO (transmise mercredi matin à la direction) a été satisfaite également : pour les salariés dont l’horaire pratiqué génère plus de 14 jours ARTP par an (par exemple : 3x8, portique, élingueurs), au dessus de 14 jours ARTP, seulement 33% des jours ARTP seront gelés (au lieu de 50% inscrits dans l’accord «compétitivité»).

- Sur l’ITDR : La durée dans le régime horaire, nécessaire pour bénéficier de l’ITDR, est réduite de 12 mois à 8 mois.
Cette concession est importante pour les salariés des ateliers de la Coque Métallique. En effet, même si la commande du B34 (2ème Oasis en option) est confirmée et si la commande des paquebots MSC est acquise, ces ateliers seraient, malgré tout, en sous-charge au 1er trimestre 2015.
Avec cette avancée, les salariés de ces secteurs, qui n’ont repris le travail qu’en ce début février, voire ne reprendront que début mars 2014, pourront bénéficier de l’ITDR au 1er trimestre 2015 (ce qui n’était pas le cas avec les 12 mois inscrits dans l’accord de «compétitivité» !).

- Sur l’annualisation : La modulation du temps de travail sera limitée à 8 semaines maximum (moins de deux mois) dans une période de 12 mois. Pendant toutes les autres semaines, les heures supplémentaires seront calculées dans le cadre de la semaine et payées, avec les majorations, le mois suivant, comme aujourd’hui.
C’est une concession importante car, avec une modulation sur 12 mois (inscrite dans l’accord «compétitivité»), les salariés auraient attendu la fin de ces 12 mois pour se faire payer leurs heures supplémentaires !

Depuis mercredi dernier, les syndiqués FO ont été consultés quotidiennement sur les avancées des négociations, et ils ont eux-mêmes échangé avec leurs collègues de travail en leur demandant leur avis.
Après ces très nombreux échanges, constatant le soutien de très nombreux salariés dans tous les secteurs de l’entreprise, les syndiqués FO ont décidé quasi unanimement :
" Bien que la politique salariale ne soit pas à la hauteur de nos attentes ni de celles des salariés, de signer l’accord salarial 2014 pour sécuriser les 3 avancées importantes obtenues par FO (malgré la signature de
l’accord «compétitivité» !),
- de ne pas exercer le «droit d’opposition» à l’accord de «compétitivité»,
- de ne pas signer cet accord de «compétitivité». Ainsi, FO n’est pas engagé par les reculs sociaux contenus dans cet accord ! FO aura donc toute la liberté et la légitimité pour inclure dans ses revendications le rétablissement des acquis sociaux perdus ! "

Le gouvernement doit prendre ses responsabilités !
Il appartient maintenant à la direction, mais aussi, et surtout, au gouvernement (l’Etat étant actionnaire à 33%) de prendre toutes leurs responsabilités.
Le gouvernement doit mettre tout le poids de l’Etat pour que les commandes suivantes soient concrétisées rapidement : le 2ème paquebot Oasis pour RCCL, le projet de 2 paquebots fermes et 2 en option pour MSC ainsi que les car-ferries pour la SNCM.
Si tel n’était pas le cas, à l’approche d’échéances électorales, FO n’hésiterait pas à dénoncer la position de l’Etat, donc le gouvernement, et, de plus, à souligner le silence assourdissant des élus locaux !

Dans la mesure où le groupe coréen STX (qui n’a rien fait pour aider le chantier de Saint-Nazaire à obtenir des commandes) et la banque coréenne KBD (qui dirige maintenant le groupe STX) ont annoncé qu’ils souhaitent se séparer du chantier naval de Saint-Nazaire, FO demande aussi au gouvernement qu’il le nationalise ou, au moins, en prenne le contrôle majoritaire ! "
___ __ _
Voir aussi :
Le travail gratuit à STX ? Pas question pour FO, qui présente ses contre-propositions
Travail gratuit : la direction de STX doit revoir sa copie