InFOrmation syndicale

- La confédération FO organise son 1er salon CE, le 7 novembre Plus d'inFOs...
- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

07 mars 2014

AG des Métallos de Nantes et Région - 13 février 2014

L'enracinement de Force Ouvrière dans la métallurgie de Loire-Atlantique est une réalité historique notoire ; et 4 mois après la spectaculaire percée de FO à STX, la forte mobilisation militante (130 participants) à laquelle a donné lieu le 13 février dernier l'AG 2014 du Syndicat des Métaux de Nantes et Région est venue, si besoin était, apporter la preuve de la place-leader occupée par FO-Métaux (de Saint-Nazaire à Ancenis et du Castelbriantais au Pays-de-Retz) dans ce secteur économique représentant une quarantaine de milliers d'emplois sur l'ensemble du département.
L'assemblée générale s'est déroulée en présence d'Eric Keller, secrétaire fédéral de FO-Métaux et de Michel Le Roc'h, représentant de l'UD. 

Du rapport d'activité du secrétaire du syndicat, Patrice Pambouc, puis des nombreuses et riches interventions qui ont nourri les débats, il résulte que le renforcement militant de l'organisation et l'efficacité démontrée de sa pratique contractuelle ne cessent de se stimuler mutuellement. Et les résolutions adoptées par l'AG attestent d'une ferme détermination à pousser plus avant encore ce mouvement :
- Le développement de nouvelles implantations Force Ouvrière se poursuit. Dans les garages notamment (deux sections récemment crées chez Citroën),
- De manière concordante, à l'instar de la tendance nationale, les récentes élections professionnelles dans la métallurgie départementale témoignent d'une adhésion renforcée des travailleurs à la pratique syndicale responsable de FO-Métaux : ainsi à STX (précité), chez Saunier-Duval, Manitou, Bull, Aquaprod, EARTA, Rex-Rotary, SEIM-N, NOV-BLM, Fongecif, NGE, à la FMGC, etc.
- C'est à Force Ouvrière que l'on doit, en 1985, la mise en place d'une convention collective départementale de la métallurgie. Le principal acquis de cette convention est la négociation annuelle des rémunérations départementales minimales (RAG) et des montants de la prime d'ancienneté (RMH).

Mais en 2010-2011, avec la complicité ostensible de la CFDT, la Chambre patronale avait entrepris de "toiletter-dégraisser" diverses autres dispositions de la convention départementale, en particulier celle, arrachée de haute lutte par FO, relative à la prise en charge patronale de 3 jours/an de carence-maladie. FO fit échec à l'opération, finissant même par arracher le 24 avril 2012 un "avenant" à la convention originelle, qui maintenait les 3 jours de carence, améliorait de plus nombre de droits collectifs et individuels acquis, tout en en instituant de nouveaux.
Ce qui avait fait dire à Eric Keller lors l'AG du syndicat nantais d'octobre 2012 (cf. L'Ouest Syndicaliste n° 612) : "Je repars avec la conviction que la convention que FO est parvenue à négocier en Loire-Atlantique va nous servir de base dans les autres départements, pour exiger des chambres patronales des avancées similaires à celles arrachées ici à l'issue d'un bras de fer qui aura duré 4 ans avec l'Union des Industries de Loire-Atlantique."
Du coup, soucieux (déja !!!) de la défense des intérêts patronaux, le gouvernement s'était empressé de reléguer aux oubliettes, aussi longtemps que faire se peut, la publication de "l'arrêté d'extension" de l'avenant à la convention de la métallurgie 44. Aussi a-t-il fallu attendre le 6 juin 2013 (presque deux ans après la signature) pour que paraisse enfin au Journal Officiel l'arrêté d'extension attendu. Patrice Pambouc n'a donc pas manqué de rappeler aux 130 présents réunis à l'AG du 13 février dernier que, partout dans le département, les métallos FO se doivent d'aller au contact de leurs collègues des petites et moyennes entreprises encore dépourvues de présence syndicale, afin que ces salariés trop souvent isolés aient connaissance de leurs droits conquis par FO et puissent en exiger l'application de leurs employeurs.


- Au XIème congrès de l'Union des Syndicats de la Métallurgie 44, qui s'était tenu à Couëron le 22 février 2013, le secrétaire général de FO-Métaux, Frédéric Homez, avait eu ce jeu de mots imagé : "FO a bâti sa pratique contractuelle sur le "grain à moudre". Aujourd'hui il nous faut d'abord veiller au grain."
"L'orage" dont il parlait alors était l'ANI MEDEF-CFDT, que le gouvernement ne manqua pas de saluer puis de faire transposer. Un an plus tard, l'orage qui gronde, plus noir encore que le précédent, s'appelle "Pacte de responsabilité". A l'appel de la Confédération et de la Fédération de la métallurgie, les participants à l'AG du syndicat nantais des métaux sont bien déterminés à sortir, dans les rassemblements du 18 mars prochain, les "parapluies" rouges au logo FO en cas d'intempérie, et en tout état de cause, que la météo printanière du jour se fasse ou non ensoleillée, les chasubles et banderoles FO pour signifier clairement au pouvoir politique, au MEDEF et à la CFDT, le total rejet par la classe ouvrière du "Pacte" Gattaz/Hollande.