InFOrmation syndicale

VACANCES "FO44.ORG" DU 15 JUILLET AU 1er SEPTEMBRE 2017

17 avril 2014

Extraits de l'interview donnée à INFONZ par Nathalie Pouhaut et Clair Guillet, secrétaire et secrétaire-adjoint du syndicat des hospitaliers nazairiens


- INFONZ : Où en est la situation à la Cité sanitaire ?

Nathalie Pouhaut : Le nouveau directeur a présenté en février aux OS et au personnel le nouveau plan issu du COPERMO (1) de Mme Touraine. Je rappelle que la mobilisation du 4 juin 2013 (30 % de grévistes et 450 manifestants) avait fait échec au plan initial, lequel prévoyait 100 suppressions de postes (sur 2300).

- INFONZ : Ce plan attribue-t-il une aide financière moyennant des objectifs de productivité liés à un plan d’économie ?

N. Pouhaut : Entre 2014 et 2016, l’activité devra augmenter de 8 %, avec 1500 séjours supplémentaires, une optimisation du codage qui rapporterait 3M d’€, etc. A cette condition, la réduction d’effectifs ne serait «que»  de 50 postes en deux ans (évaluée à 2M d’€ d’économies) ; c’est tout au moins ce qui est affiché, mais nous craignons une réduction plus importante.

- INFONZ : Comment le directeur compte-t’il réaliser ce chiffre de 8 % ?

N. Pouhaut : Notamment en «négociant» avec les médecins libéraux l’hospitalisation prioritaire de leurs patients à la Cité Sanitaire. Il faut savoir que 16% des accouchements se font à Nantes, comme 99 % des actes d’ophtalmologie (à Nantes ou à la clinique de l’Europe), etc...

Clair Guillet : Il s’ajoute la recherche de recettes supplémentaires sur le dos des patients.
Par exemple, le mari d’une femme devant accoucher et qui reste la nuit à ses côtés, doit amener son couchage et payer 35 € (sans petit déjeuner).

- INFONZ : Comment en est-on arrivé à cette situation ?

C. Guillet : Dans le cadre du bail emphytéotique de la Cité Sanitaire (2), l’hôpital doit payer chaque année à la société EIFFAGE, la Caisse des dépôts et consignations, DEXIA, un loyer qui atteint  27 millions, revu à la hausse chaque année  pendant 30 ans. Le «Partenariat Public Privé» rapportera aux actionnaires 3 fois le coût de la construction de la Cité Sanitaire ! Ce remboursement obère évidemment gravement la possibilité d’avoir une qualité du service public de soins satisfaisante pour les patients et pour le personnel.

N. Pouhaut : Le manque consécutif de personnel a entraîné une lourde dégradation des conditions de travail : les arrêts maladie ont ainsi augmenté de 40 % l’an dernier (et même de 94 % dans les services logistiques). Dans de nombreux services, les congés de cet été sont réduits à 15 jours, dans des plages décidées par la hiérarchie.

- INFONZ : Dans cette situation, le syndicat FO ne reste pas inactif  …

N. Pouhaut : Absolument. Les agents ont manifesté lors de l’assemblée générale du 26 février leurs grandes difficultés professionnelles et leur épuisement. Une consultation intersyndicale des personnels est en cours pour une action de grève. Une nouvelle AG est fixée au 14 avril pour faire le point.
Nous espérons aussi le soutien de l’encadrement, lequel s’est organisé en «collectif cadres», ce qui est une bonne chose.

C. Guillet : Nous venons aussi d’apprendre la dénonciation du bail emphytéotique de l’hôpital de Corbeil-Essonne.
Nous espérons donc une dénonciation identique à St-Nazaire, surtout que la Cour des Comptes nous donne raison.


1- COPERMO : "Comité Interministériel de la PERformance et de la Modernisation de l’Offre de soins".

2- Le bail emphytéotique administratif permet à une collectivité territoriale propriétaire d’un bien immobilier de le louer à un tiers, qui pourra construire un ouvrage sur le domaine public et ensuite le louer à la collectivité propriétaire du terrain.