InFOrmation syndicale

- Lundi 25 septembre 2017 : mobilisation FO et CGT Transports contre les ordonnances Macron
- Jeudi 28 septembre 2017 : mobilisation des retraités et retraitées
- La prochaine Commission Administrative élargie se tiendra le lundi 2 octobre à St Géréon. +d'inFO...

22 mai 2014

Directive "Détachement" : l'imposture de Bernadette Ségol


Paniqués à la perspective que les "élections européennes" du 25 mai prochain tournent au rejet par les peuples, non seulement de la politique réactionnaire de l'UE, mais aussi par contre-coup des traités liberticides qui la fondent, nos grands stratèges bruxellois avaient trouvé au fond de leur piteuse "boite à outils" un petit reste de poudre de perlimpinpin susceptible de redonner un semblant de couleur au cadavre de "l'Europe sociale" :  un lifting de la directive de 1996 "relative au détachement des travailleurs" dans l'UE, par une "directive d'application" ... n'engageant en fait à rien du tout.  La concrétisation de la "bonne nouvelle" annoncée étant évidemment   à opérer le plus près possible des euro-élections du 25 mai.

Second miroir aux alouettes censé booster les illusions sur "l'Europe des citoyens" :  la désignation (formelle) du prochain Président de la Commission de Bruxelles par les futurs députés européens. (Nb : même si Merkel et Hollande, mettant les points sur les "i", annoncent que le successeur de Barosso sera bel et bien choisi par les chefs d'état et de gouvernement _donc d'abord Berlin_ nos euro-députés d'opérette ayant l'honneur de valider par leur vote le choix de la chancelière).
De la poudre de perlimpinpin sur la directive "détachement", une "élection" du futur président de la "Commission" par les eurodéputés, il n'en fallait pas davantage pour que Mme Ségol inventât une nouvelle fable "mobilisatrice" : "Time to change" (traduction : "le changement, c'est maintenant" ... Un slogan qui ne sera pas sans vous rappeler du déjà entendu).
Figurez-vous que Barosso ayant détourné l'esprit des traités européens si chers à la CES, les organisations affiliées à cette dernière doivent en conséquence enterrer l'indépendance syndicale pour se faire agents électoraux zélés des candidats du Parti socialiste européen aux élections du 25 mai prochain.
... Lequel Parti socialiste européen s'est justement beaucoup activé pour que la nouvelle directive cosmétique sur les "travailleurs détachés" soit livrée dans le délai électoral de rigueur.  Et il a bien sûr retroussé les manches pour "réformer" la "directive détachement" conformément à la "philosophie" de la Troïka, du TSCG, du "Pacte de responsabilité" MEDEFDT, etc. Ce dans le cadre d'une union sacrée avec le PPE (droite européenne) et d'un axe merko-hollandien.
En conséquence la proposition de directive "détachement" votée par les eurodéputés le 16 avril dernier, lisse à souhait,  constitue un feu vert appuyé au dumping salarial, n'édictant que de présumées obligations pour les états-membres de veiller au respect ... de la directive de 1996.
Du coup Mme Ségol est bien obligée de jouer les insatisfaites. Mais elle a trouvé la parade pour sauver "le changement, c'est maintenant" via le vote socialiste aux élections européennes : une fois de plus tout serait la faute du diable Barosso ... et donc silence radio sur l'union sacrée merko-hollandienne et PSE-PPE !

Silence-radio a fortiori sur le règlement européen 883/2004 stipulant le paiement des cotisations sociales des travailleurs détachés dans leur pays d'origine, règle d'or de l'euro-dumping salarial esclavagiste.
Mais là faut dire que pour Mme Ségol, "le changement", c'est vraiment pas "pour maintenant"...