InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap (le 5 décembre 2017) Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

09 mars 2015

A l'ordre du jour de l'AG du SDAS 44 (Action Sociale) : le succès de la grève interpro du 9 avril


Présidée par Yann Couroussé, représentant le Bureau de l’Union Départementale, l’Assemblée Générale du SDAS FO 44 (Action Sociale) s’est déroulée le vendredi 20 février 2014. 
Rappelant les difficultés auxquelles sont confrontés les salariés de ce secteur financé par des fonds publics ou assimilés (ARS, Conseil général et État), Éric Deniset, reconduit secrétaire départemental, a d’abord fait le point sur l’activité des sections.

Ensuite, ce sont les conséquences du «Pacte de responsabilité» sur notre secteur qui ont été abordées, dont la traduction concrète de ce «Pacte de Responsabilité» : 41 milliards d’exonérations diverses pour les entreprises, qui s’ajoutent aux 11 milliards déjà distribués par le Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE). Et tout cela sera financé par 50 milliards d’ «économies», entendre réduction budgétaire, dont 18 milliards sur le budget de l’Etat, 11 milliards sur celui des collectivités territoriales, 11 milliards sur celui de la Protection Sociale et 10 milliards sur celui de la Sécurité Sociale.

C’est donc dans ce cadre que l’application concrète de ce «Pacte de responsabilité» provoquera une réduction de plus de 3 milliards du budget de la Sécurité Sociale dès 2015, avec les conséquences que l’on peut facilement deviner sur le financement des établissements médicaux-sociaux, tant sur les salaires que sur l’emploi.

Partageant le constat qu’il n’y a ni bouton, ni formule magique pour déclencher une grève qui permette d’obtenir satisfaction contre ces politiques d’austérité, et donc d’obtenir le retrait à la fois du «Pacte de responsabilité» et de la Loi Macron, afin de voir nos salaires enfin revalorisés, que les recettes de la Sécurité Sociale soient enfin à la hauteur des besoins, l’assemblée générale a conclu ses travaux en soulignant que «l’appel à la grève du 9 avril prochain ne doit pas rester sans lendemain. Dès à présent, il s’agit d’abord d’en assurer les conditions de sa réussite, et d’en préparer les suites afin d’obtenir satisfaction».