InFOrmation syndicale

26 au 30 juin : Stage CHSCT

05 juin 2015

Gabriel Gaudy, Secrétaire de l'UD-FO 75 : "La remise en selle du syndicalisme rassemblé en échec"

Interview parue dans L'Ouest Syndicaliste n°654
- L'Ouest Syndicaliste :  Le 13 avril dernier, les Unions régionales d'Ile-de-France (URIF) CGT, Force Ouvrière, FSU et Solidaires annonçaient  la préparation d'une manifestation commune le 1er mai sur la base des revendications du 9 avril à Paris. Le surlendemain tombait le communiqué national CGT/FSU/Solidaires/UNSA y substituant une promenade sur les boulevards parisiens avec passage à la trappe des revendications qui fâchent. Du coup exit l'unité prévue du 1er mai parisien prolongeant celle du 9 avril.
Ton analyse des choses ?

Gabriel Gaudy : Il n'est sans doute pas exagéré d'y voir quelque panique au sommet de certains appareils syndicaux, suite justement à l'ampleur de la manifestation nationale/parisienne du 9 avril. Ce n'est pas révéler un scoop que de dire que d'aucuns avaient à l'époque freiné autant qu'ils le pouvaient la montée en masse des grévistes à Paris. Et, le soir même de la manif, n'avait-on pas entendu certain responsable confédéral du plus haut niveau minimiser à dessein le nombre des manifestants dans la Capitale ?
Dès lors, au sommet desdits appareils, d'aucuns ont manifestement jugé qu'un 1er mai des URIF CGT-FO-FSU-Solidaires s'inscrivant dans la dynamique et sur les bases du 9 avril était le risque de trop. Et pour casser le cours des choses, ils ont fait fort : imposer  un cadrage national du 1er mai 2015 dans l'ensemble de la France (et en ciblant tout particulièrement Paris) en ressortant du placard "le syndicalisme rassemblé".
D'où cet appel national avec l'UNSA, ... et sur les orientations supposées "syndicales" de ladite UNSA (de l'UNSA-CFDT devrais-je dire) à un 1er mai déconnecté de la lutte de classes avec gommage de circonstance du Pacte de responsabilité, de la loi Macron et de tout autre sujet "sensible".

- L'OS : Comme on dit un peu vulgairement, le coup a plutôt foiré ...

G. Gaudy :  Une vingtaine de départements où, nonobstant les consignes nationales, CGT, FSU et Solidaires se retrouvent avec FO le 1er mai. Et à Paris un cortège "syndicalisme rassemblé" 2015 "rassemblant" deux fois moins de manifestants que le 1er mai 2014 des URIF CGT, FO, FSU, Solidaires : les faits parlent d'eux-mêmes et sanctionnent le "syndicalisme rassemblé".
A contrario dans ces circonstances, seule l'URIF Force Ouvrière s'est trouvée organiser un 1er mai où le Pacte de responsabilité n'était pas chose tabou.

- L'OS : Le refus de l'URIF-FO de se laisser entraîner dans les dérives unicitaires-accompagnatrices a manifestement été remarqué, et même remarqué positivement, dans  celles des URIF s'étant vu imposer un 1er mai UNSA, puisque le surlendemain-même, dimanche 3 mai, elles cosignaient avec FO un appel à manifester le 12 mai prochain devant le Sénat à l'occasion du débat avec vote sur la loi Macron ...

G. Gaudy : Oui, et ce sur la base, comme le 9 avril, d'un texte sans brouillard soporifique : "(...) la loi dite de "sécurisation de l'emploi", la contre-réforme des retraites, le pacte de  responsabilité (...) constituent de dangereux reculs (...). La loi Macron va aggraver cette politique régressive. C'est bien pour cela que des centaines de milliers de salariés se sont (déjà) mobilisés (...) le 26 janvier et le 9 avril".
Dans ces conditions, l'URIF-FO s'est déclarée "satisfaite que le front commun se reconstitue après 'l'accroc' du 1er mai".
Ce "front" se matérialisera aussi dès les jours prochains par les grèves contre la réforme des collèges, à la Sécu, dans les hôpitaux de Paris, etc. Et d'ores et déjà se pose la question d'une nécessaire convergence de ces grèves, avec en perspective le blocage du pays pour faire échec au pacte de responsabilité.

___ __ _
Abonnement à L'OS :  http://www.fo44.org/p/louest-syndicaliste.html