InFOrmation syndicale

26 au 30 juin : Stage CHSCT

02 mars 2016

Loi Travail : "Comme James Bond a reçu le permis de tuer, le patronat reçoit le permis de licencier"

Le code du travail adopté en 1910 fonde les droits conquis par la classe ouvrière sur le patronat et l’Etat, dans sa lutte contre l’exploitation du travail en régime capitaliste.

A l’époque, les employeurs avaient les moyens de s’accommoder de la prééminence des règles collectives sur les rapports individuels, dans l’embauche, la rémunération, les conditions de travail, le licenciement, etc. Sans jamais cesser de rêver, bien entendu, aux relations de gré à gré, au contrat de louage de service, à la «liberté» dominatrice d’acheter et d’exploiter la force de travail du salarié.
Historiquement, le corporatisme fasciste, en brisant les droits collectifs et les syndicats qui leur sont naturellement attachés, a rabaissé la relation de travail au niveau sacralisé de l’entreprise, baptisée «communauté de travail» par la doctrine sociale de l’Eglise de Rome (1).
Nous y revoilà.

Le projet gouvernemental «El Macron» qui privilégie le référendum d’entreprise dérogatoire au code du travail, voudrait le jeter à la poubelle.
 «Comme James Bond a reçu le permis de tuer, le patronat reçoit le permis de licencier» : ce commentaire de Jean-Claude Mailly est aussi juste que lapidaire.
 «Hollande a franchi le Rubicon social» s’est aussitôt réjoui sur France Inter le chroniqueur du journal patronal Les Echos. Faut-il se souvenir qu’après avoir franchi le Rubicon, César entreprit sa «marche sur Rome» pour détruire la République ?...  Mais nous ne sommes ni en 49 av. JC, ni en 1922 quand les «chemises noires» de Mussolini marchaient sur Rome (2). Ici et maintenant, le petit césar de Corrèze court encore le risque de patauger dans le ruisseau.

Nous vivons un immense paradoxe: ce gouvernement est le plus faible qu’ait connu la Vème République, le plus discrédité, le plus vilipendé pour ses multiples couacs de gamélard(e)s.
Et pourtant ce même gouvernement, le plus réactionnaire qu’ait connu la Vème République, tente de museler la classe ouvrière, la paysannerie survivante, pratiquement toutes les couches de la société, et les libertés démocratiques avec ! Tentative désespérée de bâillonner les forces vives, exaspérées et invaincues qui résistent avant qu’elles ne se dressent et envahissent la scène dans le chaos annoncé de la récession économique, de la dislocation de l’Union européenne, de l’effondrement financier et de l’extension des guerres.

Le gouvernement joue son va-tout. Affaibli comme jamais, il tente de passer en force.
La grève générale est à l’ordre du jour pour lui faire barrage.
Le bon sens finira par triompher du paradoxe !


JA

1- Corpus mystique de l’idéologie du bon Berger, patron de la CFDT.
2- Il est toujours utile de rappeler que Benito Mussolini fut d’abord un dirigeant du Parti Socialiste italien, directeur en 1912 de son quotidien Avanti!...

___ __ _
Voir : #LoiTravailFOditNON http://www.fo44.org/2016/02/loitravailfoditnon.html