InFOrmation syndicale

VACANCES "FO44.ORG" DU 15 JUILLET AU 1er SEPTEMBRE 2017

28 avril 2016

L’aide aux entreprises c'est pour les...

Mercredi 13 avril, le Président de la République a déclaré à la télé que « l’aide aux entreprises, ce n’est pas l’aide aux patrons, c’est l’aide aux salariés». Le Président se serait-il souvenu d’un ancêtre hollandais émigré en Louisiane au XIXème siècle et qui aurait prétendu que «l’aide» aux plantations, ce n’est pas pour les négriers mais pour nourrir les esclaves?... (1)

Problème ici et maintenant : les salariés n’ont pas touché la moindre petite miette des 150 milliards d’euros (2) de l’argent des contribuables que l’Etat dépense tous les ans au titre de «l’aide aux entreprises».
Pire : Radiall par exemple, l’entreprise de M. Gattaz himself, a touché 1 400 000 euros en 2014 de CICE. Résultat : plus de départs que d’embauches !

Leur propagande nous prend décidément pour des imbéciles. A moins qu’à force de mentir ils ne finissent par croire à leurs propres mensonges... Et du mensonge à la mythomanie, il n’y a qu’un pas. Le patron de la première banque d’affaires du monde Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, n’a-t-il pas prétendu «faire le travail de Dieu» ? Sans doute planait-il au Paradis... fiscal, bercé par la croyance que ses industries financières répandent le bonheur sur la planète.

Mais revenons sur Terre ! La même «communication» élyséenne tente de justifier la loi El Khomri : «c’est pour embaucher» et pour embaucher, il faut libérer le malheureux «créateur» d’entreprise des chaînes du code du travail, des conventions collectives et des accords de branche pour qu’il puisse d’abord démolir l’emploi. Cherchez l’erreur...

Les opposants à la loi El Khomri seraient donc les véritables fauteurs de chômage. CQFD. Le ministre Macron ne dit pas autre chose, quand il prétend que les «intérêts constitués» (entendez les droits et acquis de la classe ouvrière) sont la cause des blocages qui empêchent le plein emploi... Le même qui marche sur la tête affirme que «la liberté (de l’entrepreneur) est le meilleur moyen de parvenir à la justice « (3).
Dans la période tendue que nous traversons, l’obstination idéologico-mythomaniaque du gouvernement à contre-réformer envers et contre les salariés et les jeunes qui ont le soutien de l’immense majorité du peuple est dangereuse. Songeraient-ils  à «dissoudre le peuple» (4)? Difficile, même à coups de lacrymo et de flash-ball...

On sait que, comme les baudruches, les idéologies se dégonflent à l’épreuve des faits. Le 28 avril, têtus comme les faits le sont, nous serons en grève et dans la rue pour exiger le retrait de la loi El Khomri. Et les baudruches continueront à se dégonfler...


JA

1-  Les pasteurs (la CFDT de l’époque) intercédant pour rendre la faim moins insupportable...
2- Il existe pas moins de 6 000 dispositifs d’aides dont les plus connus sont les VIE, CIR, CICE etc. 
3- Le 14 avril à Londres, devant un parterre de patrons anglo-saxons ravis, invités du Financial Times
4- Pour paraphraser la célèbre phrase de Bertolt Brecht : « Ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ?» prononcée à l’occasion de l’insurrection de Berlin Est en 1953...