InFOrmation syndicale

VACANCES "FO44.ORG" DU 15 JUILLET AU 1er SEPTEMBRE 2017

28 juin 2016

Grève et manifestations ce 28 juin : Pour le retrait du projet de #LoiTravail ! Pour la défense des libertés syndicales !

Le 14 juin, près de 1,3 million de manifestants ont rejeté ensemble dans toute la France le projet des Hollande, Valls, Gattaz et Berger. L’axe de résistance, forgé par les organisations syndicales qui combattent le projet de loi Travail depuis maintenant 3 mois, ne cessent de se consolider. Le syndicalisme rassemblé avec la CFDT continue d’agoniser.
Désavoué par la classe ouvrière et la majorité de la population, confronté à une véritable lame de fond, le gouvernement aux abois... aboie. Non content de calomnier les organisations syndicales, leurs militants et leurs adhérents, celui-ci vient d’interdire la manifestation prévue à Paris ce jeudi 23 juin. C’est la première fois depuis 1962, dans le contexte de la guerre d’Algérie, qu’une manifestation syndicale est interdite. Le préfet de Police était alors Maurice Papon, par ailleurs ancien haut fonctionnaire zélé du gouvernement de Vichy...

La ligne rouge est franchie. Manuel Valls a eu le bon ton de rappeler à toutes les sauces que le 49-3 est un outil démocratique, puisqu’il est prévu par la constitution de la Ve République. Apparemment, il est beaucoup moins précautionneux lorsqu’il s’agit des conquêtes démocratiques, réelles celles-là, obtenues par la mobilisation de la classe ouvrière : entraver le droit de grève et de manifestation, c’est remettre en cause un droit constitutionnel gagné par les travailleurs, en même temps que la Sécurité sociale, à l’issue de la 2ème guerre mondiale.

C’est en s’appuyant sur un arsenal juridique issu d’un décret-loi du 23 octobre 1935 de Pierre Laval - futur chef du gouvernement de Pétain, initiateur de la Charte de travail -, que François Hollande et Manuel Valls interdisent la manifestation parisienne. Laval, Pétain, Papon, voilà les inspirateurs de ce gouvernement de «gauche» !
Remise en cause des libertés syndicales et remise en cause des droits des salariés vont évidemment de pair. Mais l’histoire retiendra que seulement quelques mois après la publication de ce fameux décret-loi, les deux semaines de congés payés ont été obtenues en 1936.

Plus que jamais en Loire-Atlantique, à l’appel des Unions Départementales CGT, CGT-FO, Solidaires, FSU et UNEF, poursuivons la mobilisation pour le retrait du projet de loi, pour le maintien des libertés syndicales et démocratiques. Saisissons-nous de la journée du jeudi 23 juin pour organiser des diffusions, des assemblées générales dans les entreprises et administrations, pour préparer les conditions de la réussite de la grève et des manifestations du 28 juin !

____ __ _
Lire aussi : Grève et manifestations, le 28 juin, contre le projet de #LoiTravail et pour la défense des libertés syndicales et démocratiques