InFOrmation syndicale

26 au 30 juin : Stage CHSCT

24 janvier 2017

Assemblée Générale du Syndicat des Métaux de Nantes et région

Le 14 décembre dernier, l’assemblée générale du syndicat des Métaux de Nantes et région et du syndicat des Garages s’est tenue, sous la présidence de Paul Ribeiro, secrétaire de la fédération FO de la Métallurgie, et de Michel Le Roc’h, secrétaire de l’Union départementale FO de Loire-Atlantique. Soixante militants se sont réunis à cette occasion.
Marquée par la volonté de développer les implantations de Force Ouvrière dans les entreprises de la métallurgie, l’assemblée générale a acté la constitution de deux nouveaux syndicats à compter du 1er janvier 2017 : le syndicat des Métaux de Machecoul/Pays de Retz et le syndicat des Métaux de Bouguenais/Saint-Aignan.


Extraits de la résolution adoptée par l’assemblée générale :

Dans la bataille engagée depuis des mois contre la loi Travail, Force-Ouvrière a joué un rôle primordial dans la construction d’un front commun sur la base d’une revendication claire : retrait de la loi Travail.

Cette bataille qui a duré plusieurs mois a permis de renforcer cet axe de résistance contre un syndicalisme rassemblé, contraire aux intérêts des salariés.

Les adhérents FO de la métallurgie nantaise et des garages ont participé activement aux actions syndicales. Certes, nous n’avons pas obtenu le retrait de la loi El Khomri, mais la classe ouvrière nous a suivis, convaincue comme nous de la dangerosité de cette loi.

Nos actions ont toutefois permis le recul de Hollande, Valls et Berger sur certains points même si cela n’a pas suffi, notamment sur l’article 2 – inversion de la hiérarchie des normes - principale mesure de destruction du code du travail et des conventions collectives. La loi étant passée par un déni de démocratie (49-3), le Syndicat des Métaux de Nantes et région combattra ses applications dans les entreprises. Il continuera à soutenir ses sections syndicales et militants dans leurs luttes et soutiendra les mouvements interprofessionnels. (...)

Fin 2016, la situation dans la métallurgie de Loire-Atlantique est inégale d’un secteur à un autre. Si à Airbus comme aux Chantiers STX, les carnets de commande sont pleins, dans d’autres entreprises, Saunier-Duval, NOV-BLM, Mécachrome, Arcelor-Mittal, Earta, et bien d’autres encore, les salariés sont inquiets face aux menaces de délocalisation, PSE et autres licenciements. Une liste non exhaustive des difficultés à surmonter par nos sections comme par exemple au Fongecif, à Aviatube, France Galva, Erelec où le « dialogue social » et la pratique contractuelle sont parfois compliqués.
à NOV BLM, la situation est particulièrement difficile avec un PSE de 31 suppressions d’emplois malgré la bonne santé financière de l’entreprise. Le syndicat des Métaux, avec sa section, condamne ce nouveau plan de licenciement.

Quelle que soit la santé des entreprises où FO est implantée, le syndicat des Métaux de Nantes et région, avec ses militants, se battront pour la pérennité des emplois, des sites mais aussi pour l’amélioration des conditions de travail et l’augmentation du bas de la fiche de paie.(...)

Là où FO est présente, nous travaillons bien.
Et cela se confirme dans les urnes (Johnson Control, Airbus, Novoferm, NGE, Manitou, SDVI, Ouest Injection, etc.), mais aussi sur le terrain de la pratique contractuelle. Le syndicat des Métaux de Nantes et région et le syndicat des Garages de Nantes et région félicitent donc l’ensemble de leurs militants pour leur engagement.

L’Assemblée générale a été informée des dangers pesant sur notre Convention Collective de la Métallurgie de Loire-Atlantique. 
En effet, et selon les rapports de notre secrétaire de l’USM de Loire-Atlantique, nous savons à présent que la CGT est favorable à une Convention nationale et la CFDT à une Convention régionale. Des positions qui ne tendront pas vers une amélioration pour les travailleurs de la métallurgie, mais qui devraient faire le bonheur de l’UIMM. La fédération FO s’est déclarée, quant à elle, pour le maintien des conventions collectives territoriales. L’assemblée générale soutient cette position et suivra attentivement les négociations en cours.

Le syndicat des Métaux de Nantes et région réaffirme son attachement à la convention collective de Loire-Atlantique, « bébé » de FO, seule signataire en 1985, améliorée en 2012 grâce à une délégation de l’USM 44».