InFOrmation syndicale

- La confédération FO organise son 1er salon CE, le 7 novembre Plus d'inFOs...
- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

03 avril 2017

EDF Cordemais : FO signe un protocole de fin de conflit

Les agents du site EDF de Cordemais étaient en grève reconductible depuis le 6 mars dernier, à l’appel de FO et de la CGT. Au bout de trois semaines de grève, les deux organisations syndicales ont signé avec la direction un protocole de fin de conflit. 
Des avancées significatives ont été obtenues, même si la revendication centrale demeure : augmentation du Salaire National de base (SNB).

Grève reconductible décidée en assemblée générale
La grève des agents de Cordemais fait notamment suite à la décision de la Branche de ne pas augmenter le Salaire National de Base (SNB) en 2017 : 0 % d’augmentation, cela ne s’est jamais vu depuis 1946 ! Plusieurs journées de grèves nationales ont eu lieu, les 31 janvier et 7 mars derniers. Réunis en assemblée générale le 6 mars à l’initiative de FO, CGT et CFE-CGC, les agents de Cordemais ont décidé d’entrer dans un mouvement de grève reconductible. Deux jours après le début de la grève, la CFE-CGC a quitté l’intersyndicale.

Un contexte qui aiguise la colère des agents de Cordemais
Nombre de questions entourent le devenir du site de Cordemais : l’annonce faite récemment par la direction d’EDF de fermer une tranche fioul dès mai 2017 (700 MW de production, soit la consommation d’une ville comme Marseille) ; le manque de visibilité de l’organisation du site en 2020, suite aux suppressions de 145 postes décidées en 2016 ; les retards pris dans le projet de prototype de biomasse ; la fin de deux années de travaux de modernisation ; la baisse de la reconnaissance des agents... Tout cela a aiguisé la colère des agents de Cordemais.

Des négociations insuffisantes dans un premier temps
Les premières réunions de négociations faisant suite au vote de la grève reconductible par l’assemblée générale étaient très loin du compte. La direction a voulu imposer sa solution de travail.
Les organisations syndicales ont catégoriquement refusé. Elles n’ont pas laissé d’autre choix à la direction que de répondre point par point au cahier revendicatif et d’inclure des représentants des services lors des réunions de négociation.

Des avancées significatives
Suites à de multiples réunions de négociations, des avancées ont eu lieu et ont été consignées dans le protocole de fin de conflit :
  • L’embauche des apprentis au sein du groupe EDF. La direction de Cordemais accompagnera les apprentis pour faciliter leurs embauches dans des centrales nucléaires ou à gaz. Ces embauches seront prioritaires ;
  • L'organisation service par service de la centrale d'ici 2020, en vue de la baisse programmée des effectifs à 320 d’ici 2020. Les différents services ayant déjà atteint la cible verront des intérimaires en renfort ;
  • L'attribution d'avancements individuels complémentaires pour pallier à la stagnation du SNB, en fonction des cas identifiés par l’intersyndicale ;
  • Un planning précis avec le gréement d’une équipe dédiée sur le projet industriel de biomasse locale, utilisable en co-combustion avec le charbon ;
  • Une prime exceptionnelle pour l’engagement des agents lors du passage de l’hiver dernier. Sans Cordemais, le 25 janvier dernier aurait été une journée marquée par des coupures d’électricité en France ;
  • Une réunion mensuelle pour le suivi des agents en redéploiement sur d’autres unités ;
  • Un éclairage sur les agents déclarés en grève et devant répondre aux sollicitations d’astreintes durant les heures ouvrées...

Un protocole soumis au vote d’une assemblée générale
Ce protocole, a été soumis aux agents réunis vendredi 24 mars dernier en Assemblée Générale et a été ensuite signé par FO, la CGT et la direction.

FO rappelle sa revendication : augmentation du SNB
Pour Force Ouvrière, la revendication première reste l’augmentation du SNB. La Fédération Nationale énergie et Mines saura faire savoir au niveau de la branche, que cette revendication est largement partagée par tous les agents d’EDF. FO saura continuer la lutte pour obtenir pleinement satisfaction et sera partie prenante de l’action commune, si les conditions en sont réunies.