InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Commission Administrative de l'Union Départementale le 27 novembre
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

20 janvier 2015

Les directions d'Auchan/Trignac et Casino/La Chapelle-sur-Erdre acculées à céder aux revendications

Un avertissement pour le ministre Macron... et d'autres

Ouverture des magasins entre 7 et 12 dimanches par an (en attendant "mieux"), tous les dimanches même dans certaines vraies-fausses zones "touristiques" :  on ignore à l'heure actuelle jusqu'où ira la loi de déréglementation Macron, après arbitrage élyséen entre les "positionnements"  à géométrie variable des "pas frondeurs" et des "frondeurs" qui s'exercent toujours à ne point trop "fronder".
Ce qui est sûr en tout cas, c'est que le gouvernement est pris en tenaille sur ce sujet, devenu explosif, du "dimanche". D'un côté (plus encore après la "dégradation"  de "AA+" à "AA" de la note de la France par l'agence  Fitch Ratings), le gouvernement est tenté de passer en force pour donner à Bruxelles et aux "marchés financiers" des gages de "réformes structurelles" avec démolition du Code du travail. De l'autre il est confronté à la lutte des classes, dont le refus de la généralisation des dimanches travaillés est devenu l'un des terrains d'expression.

Pour préparer le lit à la loi Macron, nombre de maires UMPS  (dont localement ceux de Nantes, St-Nazaire et Trignac) avaient cru pouvoir jouer les poissons-pilotes en autorisant deux ouvertures dominicales en décembre 2014. Celui de Trignac vient de constater que c'était à ses risques et périls : en menaçant de passer à l'action contre l'ouverture du magasin Auchan de la zone commerciale trignacaise, la section FO de l'établissement a rendu sans objet l'arrêté municipal d'autorisation d'ouverture ... par capitulation préventive de la direction du magasin.

En l'occurrence les élus FO au CCE d'Auchan sont intervenus auprès de la Direction Générale, qui, à son tour, a convaincu ses "managers" trignacais de ne pas ouvrir la boîte de Pandore.

Voilà qui, au-delà de Trignac, vaut avertissement pour tous les poissons-pilotes municipaux de M. Macron tentés de récidiver en 2015 dans le zèle commercial dominical. Et qui vaut aussi avertissement pour le ministre : faire voter une loi au forceps est une chose ... Mais la faire ensuite appliquer sur le terrain ... risque d'en être une autre.