InFOrmation syndicale

BLOG FO44.ORG : VACANCES DU SAMEDI 25 JUILLET AU MARDI 18 AOÛT

22 juillet 2020

Vous avez dit « reconstruction » ? [ANALYSE]

par Christian Lambert

Filant la métaphore guerrière dans sa dernière allocution, Emmanuel Macron a appelé à la « reconstruction », qu’il prétend « souveraine, écologique, solidaire et sociale ». Il cherche une nouvelle fois l’union sacrée autour de son programme de « relance ». Or, qui peut croire un seul instant à la souveraineté de l'économie française, totalement intégrée à un marché mondial dominé par un capital financier concentré et centralisé ? 
Selon le McKinsey Institute, 10% des groupes cotés en bourse disposent à eux seuls de 80% de tous les bénéfices mondiaux. Le seul fil à plomb de cette soi-disant « relance » est ainsi le sauvetage des marchés financiers contrôlés par les plus grands groupes.
Afin de légitimer auprès de l’opinion publique les aides reçues par le gouvernement, de nombreuses sociétés ont décidé de ne pas distribuer ou de diminuer au premier semestre 2020 les dividendes c’est-à-dire les bénéfices réalisés en 2019. Ceux-ci se montaient pour les seules entreprises du Cac40 à plus de 60 milliards d’euros. Dans les faits, ces bénéfices restent dans l’entreprise sur un compte de réserve. Les grands groupes pourront décider de les distribuer plus tard – mais pas avant octobre 2020, a indiqué le gouvernement – tandis que les entreprises les plus fragiles renfloueront leurs trésoreries.

20 juillet 2020

La 5ème branche, une nouvelle attaque contre la Sécu

« l’UCR FO considère que la dépendance fait partie d’un tout : la Sécurité Sociale, et doit être intégrée à la Branche Maladie. »  (déclaration du BN de l’UCR FO en date du 27 mai 2020)


Le lundi 8 juin, en commission spéciale dans le cadre de l'examen des projets de loi relatifs à la dette sociale, les députés ont donné leur feu vert au principe de la création d'une cinquième branche «dépendance » de  la Sécurité sociale, dédiée à la prise en charge des personnes en situation de perte d'autonomie. 

17 juillet 2020

Deux questions à P. Hébert [INTERVIEW]

Article tiré d'Informations Ouvrières n°607 - Du 4 au 10 Juin 2020

Patrick HÉBERT, Secrétaire général de l’Union départementale CGT-FO de Loire-Atlantique de 1992 à 2015, membre de la Commission exécutive confédérale de la CGT-FO de 1995 à 2017.
"Ces déclarations (…) sont aussi une tentative d’associer sous des prétextes divers les confédérations, les partis politiques, les associations, ONG, etc. C’est aussi une forme biaisée qui cherche à nous amener à l’union sacrée." [NDLR: lire aussi "L’indépendance syndicale contre l’Union sacrée"]

16 juillet 2020

USM : L’avenir industriel du département est un enjeu primordial socialement et économiquement

Communiqué de l’Union des Syndicats de la Métallurgie de Loire Atlantique - 10 juillet 2020

La Commission Administrative de l’Union des Syndicats de la Métallurgie FO de Loire Atlantique (USM44) s’est réunie en présence des 7 Syndicats des Métaux du département (Ancenis, Basse-Indre, Bouguenais – St Aignan, Chateaubriant, Machecoul, Nantes et St-Nazaire). Cette réunion a été entièrement consacrée aux diverses conséquences de la crise sanitaire COVID-19 pour les salariés de la Métallurgie du 44.
L’avenir industriel du département est un enjeu primordial socialement et économiquement, il est incompatible avec la destruction des emplois, des savoir- faire et des outils de production. Nos syndicats et sections syndicales dans les entreprises sont mobilisés pour agir dans ce sens à travers la négociation, la pratique contractuelle et l’action syndicale avec en fond d’écran la défense en toute indépendance des intérêts particuliers des salariés. C’est pourquoi L’USM FO 44 va solliciter une demande d’entrevue auprès de la Chambre Patronale (UI44) pour évoquer tous ces sujets d’une importance majeure.

15 juillet 2020

L’Indépendance syndicale contre l’Union sacrée

Article paru dans L'Ouest-Syndicaliste n°709

La crise sanitaire liée au Covid-19 révèle le caractère criminel des politiques d’austérité menées depuis près de quarante ans. Pour occulter sa propre responsabilité dans la situation actuelle et faire taire la colère qui s’exprime depuis des mois contre sa politique de destruction des conquêtes sociales, le gouvernement Macron/Philippe a tenté en vain d’imposer une « union nationale », au détriment de la reconnaissance des intérêts particuliers et collectifs de la classe ouvrière. 
Fidèle à sa tradition d’indépendance, Force Ouvrière maintient le cap des revendications.

13 juillet 2020

Des permanences d'été pour l'Union Départementale

L’Union départementale sera fermée lundi 13 juillet 2020. Pendant la période de congés, nos secrétaires (Sonia & Magalie) assureront une permanence à tour de rôle.
Vous pouvez contacter les camarades qui tiennent une permanence :
____ __ __
Contact : https://www.fo44.org/p/contact.html

Dysfonctionnements au Conseil de Prud'hommes de Nantes

Communiqué de l'Union Départementale FO44 du 29 juin 2020

Effectifs greffiers: allons-nous vers la liquidation du Conseil de prud'hommes ?
La Commission Administrative de l’Union Départementale FO de Loire-Atlantique réunie le 26 juin a décidé de s'adresser aux représentants de l'État afin de procéder, en urgence, au recrutement des 3 greffiers manquants. C’est la condition pour que le conseil de prud’hommes de Nantes instruise normalement toutes les affaires en cours.
A suivre :
- Communiqué de l’Union Départementale FO de Loire-Atlantique.
- Reportage France 3 CPH intervention FO. [VIDÉO: Bruno Hatton, Conseiller prud'homal]
- Courrier adressé au Préfet de la région PdL, Monsieur Claude d’HARCOURT.
- Courrier adressé au Procureur de la République, Monsieur Pierre SENNES.

10 juillet 2020

Après l’annonce des licenciements dans l’aéronautique ...

COMMUNIQUÉ: AUCUN LICENCIEMENT !

Le gouvernement a annoncé la destruction de près d’un million d’emplois dans les mois à venir, qui s’ajoutent aux 500 000 emplois supprimés, majoritairement des salariés intérimaires, durant le premier trimestre 2020.
L’industrie et le secteur aéronautique sont particulièrement atteints, notamment en Loire-Atlantique. Les plans de licenciements se succèdent : Airbus (5 000 postes en France, dont 484 à Nantes et 386 à Saint-Nazaire) ; Daher (1 300 postes, dont 336 en Loire-Atlantique) ; Stelia (704 postes, dont 201 à Saint-Nazaire) ; Trigo Qualitaire (174 postes, dont 70 postes dans le département)...
Ce vendredi 3 juillet, une délégation Force Ouvrière a été reçue en audience par le sous-préfet de Saint-Nazaire concernant Daher. Ce dernier a justifié totalement le plan de « sauvegarde » de l’emploi (PSE).

La position de l’Etat se résume donc ainsi : « circulez, il n’y a rien à voir ».

09 juillet 2020

Ouverture de certains commerces le dimanche après-midi : il faut que le préfet arrête « d’arrêter » !

COMMUNIQUÉ: l’Union Départementale FO de Loire Atlantique exige l’ouverture de véritables négociations avec les bons interlocuteurs.

Le 29 mai dernier, le Préfet de Loire-Atlantique prenait un arrêté autorisant certains commerces et magasins à ouvrir, et donc, à faire travailler leurs salariés cinq dimanches, les 21 juin, 5 juillet, 19 juillet, 30 août et 6 septembre, de 12h à 19h, sur l’ensemble du département de Loire-Atlantique.
L’UD FO44 informe tous les salariés qu’elle s’adresse une nouvelle fois aux fédérations patronales pour rappeler ses contre-propositions :
  • Ouverture exceptionnelle limitée à deux dimanches entre le 1 er juin et le 30 septembre ;
  • Appel au volontariat des salariés par l’intermédiaire d’une démarche écrite ;
  • Majoration à 110% du taux horaire pour chaque heure effectuée ;
  • Prise en charge des frais de garde d’enfants ;
  • Prise en charge des frais de transport.

Nous disons à tous que la voie de la sagesse... et de l’efficacité, c’est la pratique contractuelle et la négociation entre organisations responsables.

07 juillet 2020

COVID-19 : Analyse activité partielle

Document élaboré par Pierre-Louis Montaudon concernant les mesures gouvernementales liées à l’activité partielle.

Mercredi 24 juin, Emmanuel MACRON a présenté aux organisations syndicales et patronales plusieurs mesures destinées à préserver l'emploi et à enrayer une hausse inquiétante du chômage en France !
« Une nouvelle fois ce Gouvernement fait payer cette crise aux salariés, la nouvelle indemnisation du chômage partiel étant globalement en net recul par rapport à la situation actuelle. De plus, ces nouvelles dispositions mettent en place des mécanismes pervers qui vont pousser les militants confrontés au chômage partiel dans leur entreprise à faire des choix cornéliens ! Soit, ils refusent la négociation pour préserver les emplois et subissent le régime de droit commun avec des rémunérations amputées à leur maximum, en prenant malgré tout le risque que l’entreprise préfère un PSE à l’activité partielle. Soit, ils acceptent la négociation pour minimiser les pertes de rémunérations mais avec la probable condition d’accepter des licenciements. »