InFOrmation syndicale

VACANCES "FO44.ORG" DU 15 JUILLET AU 1er SEPTEMBRE 2017

10 mars 2017

Santé : Succès du 7 mars avec 35.000 manifestants à Paris

« Nous ne lâcherons rien ! », c’est en ces termes que Luc Delrue, secrétaire fédéral de la branche Santé de la fédération Force Ouvrière des Services publics et de santé (FSPS-FO), a ouvert les prises de parole qui se sont tenues à l’issue de la manifestation nationale à Paris ce mardi 7 mars.
Il faut dire que cette grève du 7 mars a été une « mobilisation d’ampleur », comme le titre le quotidien « Le Monde » : 35 000 manifestants ont défilé dans les rues parisiennes, dont un important cortège de Force Ouvrière et près de 200 militants FO de Loire-Atlantique.

A suivre : 
- Un compte-rendu de la mobilisation sur Paris 
- Des extraits de l’intervention de Yann Le Fol, secrétaire FO des services de Santé 44, à Nantes
- L'intervention de Yves KOTTELAT, Secrétaire général Fédération des personnels des services publics et de santé
- L'intervention de Denis BASSET, Secrétaire général de la branche «santé», en conclusion de la manifestation
- Le communiqué fédéral du 8 mars

- Le 7 mars 2017 à PARIS
Les revendications des camarades hospitaliers et de l’action sociale étaient au coeur de la mobilisation : abrogation des lois Bachelot et Touraine, arrêt des GHT !  Mais en lien direct avec celles-ci, il s’agissait également de la défense de la Sécurité sociale et de tous les services publics, de l’augmentation générale des salaires, de la création des postes nécessaires et de la defense de toutes les garanties collectives, impliquant l’abrogation de la loi Travail.

A quelques semaines des élections présidentielles, tandis que les programmes électoraux s’inscrivent de manière plus ou moins assumée dans la lignée du quinquennat Hollande, cette grève constitue un avertissement à tous les candidats au trône.

Recevant une délégation intersyndicale FO-CGT-Sud le matin même de la manifestation nationale, les représentants de l’actuel gouvernement ont osé accuser les syndicalistes de faire le jeu des «aventuriers» pour les prochaines élections présidentielles. Pour ces gens-là, toute honte bue, revendiquer, manifester et faire grève, c’est « instrumentaliser le mécontentement ».

Mais nous ne nous laisserons pas intimider. « Camarades, élections ou pas, la défense de nos établissements et de nos emplois vaut bien une grève », a affirmé à juste raison Denis Basset, secrétaire général de la branche santé de la FSPS-FO. « Nous sommes là aujourd’hui, nous serons là demain, nous ne lâcherons rien, cela vaut pour ce gouvernement, comme pour le prochain quel qu’il soit. »

Le camarade Denis Basset a par ailleurs rappelé la fierté collective d’avoir réussi, avec la CGT et Sud, à construire et à maintenir pendant 19 mois l’action commune sur la base de revendications claires. Car le 7 mars, c’est l’axe de résistance, construit durant la bagarre pour le retrait puis l’abrogation de la loi Travail, malgré tous les obstacles posés par ceux qui voudraient encamisoler le mouvement ouvrier dans une trêve revendicative, qui a réaffirmé sa force et son indépendance.

Tout est ouvert !

- Le 7 mars 2017 à NANTES
Extraits de l’intervention de Yann Le Fol, secrétaire FO des services de Santé 44,  lors du rassemblement devant l’Agence régionale de Santé

Le 8 novembre, à l’initiative de FO, SUD et CGT, (...) la mobilisation des salariés dans la grève a été importante.

Dans cette continuité et dans le cadre d’une plate-forme revendicative commune, ces 3 organisations syndicales ont décidé d’appeler à une nouvelle journée de grève le 7 mars, avec en point d’orgue une manifestation nationale à Paris pour la défense de l’hôpital et de l’action sociale, pour la défense de notre Sécurité Sociale.  (...)

Les UD FO soutiennent cette manifestation. L’aboutissement de nos revendications ne se joue plus à l’échelle locale ou départementale, mais bien à Paris devant le ministère de la Santé et c’est pour cela que plus de 200 militants FO ont pris le train ce matin pour se rendre à la manifestation nationale. (...)
La CFDT, qui a compris que cette journée serait un succès, veut aussi être de la partie. Elle est amnésique et semble oublier qu’elle a cautionné à deux reprises une augmentation de la durée de cotisations pour la retraite; qu’elle défend la loi El Khomri qui casse le Code du Travail, nos statuts et nos conventions collectives ; qu’elle vote des deux bras le plan de financement de la Sécurité Sociale qui, combiné à la mise en place des GHT (Groupements Hospitaliers  de Territoire), conduira à la suppression de 16000 lits et de 22000 postes. (...)

FO exige la satisfaction des revendications de la plate-forme commune CGT / FO / SUD avec entre autres :
  • L’abrogation de la loi H. P. S. T. qui a instauré entre autres les ARS (...) ;
  • L’abrogation de la loi Santé, qui encadre notamment la mise en place des GHT, (...)
  • Le maintien de l’ensemble des lits et places, des services et des emplois dans toutes les structures sanitaires, sociales et médico-sociales et la création des lits et places nécessaires sur notre département entre autres en pédopsychiatrie et en EHPAD.
  • L’augmentation générale des salaires.

Cela fait maintenant 19 mois que nos Fédérations FO / CGT et SUD conservent un axe de résistance essentiel pour contrer les politiques d’austérités que ce soit la loi Travail ou la loi Touraine.
La plateforme revendicative est commune, il faut continuer à unir nos forces pour obtenir satisfaction dans les revendications !
____ __ _

Intervention de Yves KOTTELAT, Secrétaire général de la Fédération des personnels des services publics et de santé FO, le 7 mars 2017

Intervention de Denis BASSET, Secrétaire général de la branche «santé», en conclusion de la manifestation nationale à Paris, le 7 mars 2017


Communiqué fédéral du 8 mars