InFOrmation syndicale

22 AU 24 MAI STAGE "JE NÉGOCIE" --- 27 MAI À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE --- 27 MAI ASSEMBLÉE GÉNÉRALE AUDACE --- 28 AU 30 MAI STAGE "CONNAÎTRE SES DROITS" --- 6 JUIN DE 9H15 À 11H15 RÉUNION D'INFORMATION « COMMENT DÉCRYPTER LES COMPTES DE RÉSULTAT EN COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : PASSER DES CHIFFRES À L’ACTION » --- 17 JUIN DE 14H15 À 16H30 RÉUNION D'INFORMATION « ÉPARGNE SALARIALE » --- ...

02 mars 2009

COMMUNIQUÉ SUITE AUX INCIDENTS DE ST-NAZAIRE


Les Unions départementales de Loire Atlantique se sont réunies le 10 février et ont adopté le communiqué suivant, conformément à la tradition de solidarité ouvrière et démocratique :


"Les organisations syndicales CGT, CFDT, CFE/CGC, CFTC, FO, FSU, Solidaires et UNSA se sont rencontrées le 10 février 2009 pour la suite du 29 janvier 2009.

Elles affirment leur soutien aux salariés qui ont été interpellés à la suite de la manifestation du 29 janvier 2009 à Saint-Nazaire.

Quatre de ces salariés ont été lourdement condamnés à des peines de prison ferme de trois et quatre mois. D’autres sont appelés à comparaître dans deux mois.

Dans le même temps, un lycéen qui a refusé le test ADN est soumis à une peine supérieure à celle requise par le procureur, soit deux mois avec sursis.

D’autre part un instituteur est appelé à comparaître le 23 février pour avoir participé à une manifestation pacifique.


Les organisations syndicales CGT, CFDT, CFE/CGC, CFTC, FO , FSU, Solidaires, et UNSA :
  • exigent la transparence sur les évènements de Saint-Nazaire et la levée des condamnations pour tous ;
  • dénoncent les méthodes répressives employées en réponse aux revendications des salariés, retraités, jeunes et privés d’emploi.Ces réponses portent atteinte à la liberté d’expression.
Elles révèlent une volonté de dissuader travailleurs et jeunes de manifester, de chercher à pénaliser, visant à remettre en cause les libertés syndicales et démocratiques.

Les organisations syndicales CGT, CFDT, CFE/CGC, CFTC, FO, FSU, Solidaires, et UNSA exigent un réel dialogue social et des réponses aux revendications exprimées le 29 janvier .

Elles demandent à être reçues dans les plus brefs délais par le Préfet pour débattre de la conception du maintien de l’ordre républicain en Loire-Atlantique dans le cadre des manifestations publiques.