InFOrmation syndicale

LUNDI 5 NOVEMBRE COMMISSION ADMINISTRATIVE - DU MARDI 20 AU JEUDI 22 NOVEMBRE FORMATION "NÉGOCIER" - ...

08 février 2012

POLE-EMPLOI PAYS DE LA LOIRE : 30 CDD EN PLUS... POUR 80 EQUIVALENTS TEMPS PLEIN EN MOINS

Pour les salariés de Pôle Emploi, le "sommet social" du 18 janvier dernier réunissant les secrétaires confédéraux et le Président de la République, n’a pas accouché d’une souris, mais d‘un éléphant... Et c’est bien connu, ça trompe énormément !

Depuis 3 ans les formations à Pôle Emploi tournent autour de «référent unique», «entretien unique», et autres «projets», plus mal ficelés les uns que les autres. Mais plus rien ou peau de chagrin en terme de formation métiers (Indemnisation, Placement, Orientation). Ainsi, sur le champ de l’indemnisation, les «ressources» disponibles, parce qu’il y a forcément eu des départs naturels, sont aujourd’hui inférieures à celles de 2008.


Alors, qui va traiter les dossiers «chômage partiel» (mesure dudit «sommet social») et réduire de 20 à 10 jours les délais de traitement ? Surtout quand dans le même temps le chômage (et pas seulement partiel celui-là) augmente par centaine de milliers !

Au lieu des 60 dossiers par agent annoncés, ... jusqu'à 180, voire 200 !
Dans toutes les régions, les stocks de dossiers augmentent.

La mise en place de l’EID (Entretien Inscription Diagnostic), pour que chaque demandeur d’emploi s'inscrivant n’ait qu’un interlocuteur (lequel 9 fois sur 10 ne connaît pas ou peu le champ de l’indemnisation, parce que formé à la sauvette !) renvoie à plus tard le traitement des demandes d’allocation, là où elles étaient auparavant traitées «en immédiat».

On voit ici où là des initiatives fleurir pour que les agents chargés du placement prennent en charge l’indemnisation (c’est d’ailleurs l’esprit de l’EID). Mais là encore, quels moyens ? Quelle formation ? Quand ces derniers sont eux-mêmes confrontés à des portefeuilles de demandeurs d’emploi de plus 150, voire 180, si ce n’est 200, ... là où Christine Lagarde promettait en 2008, lors de la fusion, des maxima à 60 !

Imaginez leur réaction quand, en plus, le sommet social accouche de cet impératif : 100% des chômeurs inscrits depuis plus de 2 ans se verront proposer une solution et/ou un accompagnement renforcé via les prestations de Pôle-Emploi.

Mais nous n’avons déjà pas le temps de faire notre boulot correctement, et on nous en rajoute !
La réponse du gouvernement, par le biais de ce même "sommet" : 1 000 CDD supplémentaires.
1 000 CCD accordés en 2012, après 1800 postes supprimés en 2011, ça fait... pas le compte

De qui se moque-t-on ? En 2011, la Direction Générale de Pôle Emploi, sur injonction de la puissance publique (donc du même gouvernement), a supprimé 1 800 postes (1 500 CDD + 300 départs de CDI non remplacés).

Moins 1800 en 2011, plus 1000 en 2012, ça fait... pas le compte.
Et même très loin du compte puisque, encore une fois, on nous rajoute du boulot, comme si l’augmentation du chômage n’y suffisait pas !

Cerise sur le gâteau : la Direction de Pôle-Emploi / Pays-de-la-Loire, qui jusqu’alors en s’appuyant sur une augmentation plus forte qu’ailleurs du chômage, avait tant bien que mal réussi à préserver la Région des baisses d’effectif, vient d'annoncer au CE du 26 janvier un plan de «résorption de l’emploi» (technocratie quand tu nous tiens !).

Sur les 1 000 CDD du gouvernement, ce sera de 30 à 35 pour les Pays-de-la-Loire (près de 60 agences, ça fait à peine plus d’un demi par agence), mais, dans le même temps, ... 80 Equivalents Temps Plein en moins !

Alors que les agents et cadres de l’établissement revendiquent depuis des mois des effectifs supplémentaires, comment interpréter autrement cette annonce que comme une déclaration de guerre ?

Pour FO, les salariés n’ont pas à payer une dette qui n’est pas la leur, par ce biais là comme par n’importe quel autre.
Quand de plus il paraît clair qu’il nous est promis 0% d’augmentation de salaire comme l’an passé, quelle autre alternative reste-t’il aux agents que la préparation de la mobilisation ?
___ __ _
S. Joncour et F. Milon