InFOrmation syndicale

9 AU 13 SEPTEMBRE STAGE "SANTÉ, SÉCURITÉ ET CONDITIONS DE TRAVAIL" --- 30 SEPTEMBRE AU 4 OCTOBRE STAGE "DÉCOUVERTE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" --- 1er OCTOBRE COMMISSION ÉLARGIE À LA SALLE ESTUAIRE DE COUËRON ---- 29 AU 31 OCTOBRE STAGE "CONNAÎTRE DES DROITS" --- 4 AU 8 NOVEMBRE STAGE "FONCTIONNEMENT ET COMMUNICATION DU SYNDICAT" --- 16 AU 20 DÉCEMBRE STAGE "DÉCOUVERTE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" --- ...

15 décembre 2008

EDF-Cordemais : Et la lumière fut


La grève contraint la direction à revoir sa copie

Les agents de conduite du service d'exploitation de la centrale électrique de Cordemais sont répartis en 6 équipes de 19 personnes, qui se relaient et travaillent sur un service continu, en équipes 3 x 8 heures (équipes de quart), par cycles de six semaines incluant des repos compensateurs, sur la base de 32 heures hebdomadaires payées 35.

Une baisse des effectifs, mise en place par la direction, a provoqué de plus en plus de remplacements dans les équipes, sur leur temps de journée "hors quart", qui normalement devrait être consacré à la formation et au suivi des installations.

La situation se dégradant, faute de mise à niveau des effectifs, la direction a alors élaboré un projet de réorganisation du travail, consistant à porter de 32 à 35 heures la durée hebdomadaire du travail, en obligeant les agents à effectuer des journées supplémentaires de travail.

Une faille toutefois dans ce calcul astucieux : la sous-estimation de la résistance des personnels concernés, et la détermination de leurs organisations syndicales à préserver les acquis statutaires.

Le 1er décembre fut la journée de l'épreuve de force. Epreuve de force conclue par un recul de la direction qui s'est vue obligée de retirer son projet. FO et la CGT avaient appelé ce jour là les équipes à faire grève jusqu'au retrait du projet de la direction.

La grève débuta à 6 heures du matin, suivie à 100% par toutes les équipes de quart.

Dès lors, la direction, constatant la détermination des agents contre ce projet, a compris qu'il ne lui restait plus qu'une solution: retirer purement et simplement son plan de réorganisation du travail.

Un protocole de fin de conflit a été signé le 2 décembre. Il stipule que les agents qui veulent rester à 32h ne subissent aucune pression, ni discrimination sur leur déroulement de carrière et que le passage à 35 heures hebdo ne pourra avoir lieu que sur la base du volontariat.

Une belle victoire syndicale !