InFOrmation syndicale

1er MAI "JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE DES TRAVAILLEURS" À 10H30 PLACE DE BRETAGNE AVEC FO CGT FSU SOLIDAIRES --- 22 AU 24 MAI STAGE "JE NÉGOCIE" --- 28 AU 30 MAI STAGE "CONNAÎTRE SES DROITS" --- ...

06 mars 2010

7000 MANIFESTANTS POUR DEFENDRE ''LA NAVALE''


Prise de parole de l’U.D. F.O. 44 :
Nathalie DURAND-PRINBORGNE


Camarades,
Salariée au Chantier, je prends la parole au nom de l’Union Départementale FO de Loire Atlantique, de l’Union Locale FO de Saint-Nazaire et région et de la section syndicale FO du Chantier Naval.
Tout d’abord, je veux remercier la présence de tous ceux, du secteur privé comme du secteur public, et de tout le département qui ont fait le déplacement ici devant le Chantier Naval pour le défendre.

Camarades,

Bien sur, FORCE OUVRIERE se félicite que, après bien des péripéties, une lettre d’intention de commande ait été signée pour un nouveau gros paquebot pour l’armateur MSC. Cette commande, qui reste à confirmer, est importante car elle va permettre le redémarrage de la production dans les ateliers qui sont aujourd’hui sans aucune activité et dont les salariés sont en chômage partiel 5 jours par semaine. Cependant, ne vous y trompez pas, à elle seule, cette commande ne garantit pas notre avenir et tous nos emplois ! Elle ne va pas redonner de l’activité à tous les secteurs de notre entreprise. Avant de redémarrer dans quelques semaines, les salariés des ateliers de fabrication de la Coque Métallique vont encore subir du chômage partiel. Pour les bureaux d’études et les secteurs du montage, ce sont encore plusieurs mois de chômage partiel qui sont programmés. Les salariés des entreprises sous-traitantes sont encore, eux aussi, confrontés au chômage partiel et même aux licenciements. Vous le savez toutes et tous, le Chantier Naval est vital pour Saint-Nazaire et sa région. Il est aussi vital pour l’ensemble du département. Mais il est aussi un symbole de l’industrie pour tout le pays ! Après Aker Yards, qui a empoché au passage de très substantiels profits, c’est le groupe Coréen STX qui aujourd’hui laisse couler le chantier. C’est pourquoi, FORCE OUVRIERE, à tous les niveaux, a mis en avant cette revendication claire nette et précise : Pour sauver la Navale de Saint-Nazaire, pour garantir tous nos emplois et ceux des entreprises sous-traitantes, l’Etat doit maintenant prendre toutes ses responsabilités, il doit NATIONALISER le Chantier pour pouvoir mettre tout son poids pour imposer les commandes indispensables ! Vous le savez, depuis la fin du mois de Novembre dernier, FORCE OUVRIERE s’est engagé dans une très importante campagne auprès des élus politiques du département. Nous en avons rencontré déjà une quinzaine de Maires, de Députés, de Conseillers Généraux et Régionaux et de Sénateurs de tout bord. Nous leur avons exposé notre revendication et les raisons qui militent pour la nationalisation du Chantier Naval. Parmi eux, un très grand nombre, de tout bord, s'est prononcé : soit pour la Nationalisation, soit pour que l’Etat devienne l’actionnaire majoritaire du Chantier.


Camarades,
Oui c’est possible : l’Etat doit prendre toutes ces responsabilités, quitte à se démarquer nettement des injonctions de l’Union Européenne. Au nom de la sacro-sainte « concurrence libre et non faussée » inscrites dans les traités de l’Union Européenne, une directive européenne de 2001 interdit aux Etats les aides directes à la construction navale. C’est encore au nom de la « concurrence libre et non faussée » que la Commission Européenne a exigé qu’ALSTOM brade le Chantier Naval de Saint-Nazaire.

Camarades,
Il faut rompre avec cette politique de dé-industrialisation de l’Union Européenne. Vous pouvez compter sur FORCE OUVRIERE : avec votre appui et votre soutien, nous ne lâcherons pas, nous continuerons à nous battre pour que l’Etat prenne toutes ces responsabilités en nationalisant la Navale de Saint-Nazaire. Nous continuerons à rencontrer les élus et les membres du gouvernement pour que cette revendication soit satisfaite dans les plus brefs délais.