InFOrmation syndicale

LUNDI 10 DÉCEMBRE À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE - DU LUNDI 17 AU VENDREDI 21 DÉCEMBRE FORMATION "DÉCOUVERTE DE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" - ...

L'AGENDA 2019 EST DISPONIBLE ! ...à commander.

13 avril 2011

LE COMMERCE ET L'EUROPE

Le secteur du commerce et de la distribution est très important pour toute l'économie de l'Union Européenne.
En effet, ce secteur emploie 18 millions de personnes, ce qui représente 12,8 % de la main d'oeuvre totale de l'UE.

Cette information est issue d'une déclaration d'UNI Europa Commerce (26/10/10) à propos du rapport de la commission de l'UE : "L'exercice de surveillance du marché du commerce et de la distribution".

Cette déclaration met en avant des questions importantes de la Commission de l'UE et, bien entendu, en découlent des remarques d'UNI Europa Commerce, quant aux traitements des salariés du commerce et les
conséquences évidentes sur le secteur en terme de qualité de services.

La Commission de l'UE a soulevé que : "l'optimisation des coûts salariaux ne devrait pas avoir d'impact négatif sur les salaires et sur les conditions de travail.
Le personnel est un élément essentiel des services de la loyauté à l'égard de la clientèle, ce qui signifie que l'application de stratégies visant à minimiser les coûts salariaux risque d'être contre-productive pour les commerçants".

Ceci a fait réagir UNI Europa Commerce, réaction que nous partageons sur les points suivants :
  • "Il est difficile d'améliorer la qualité des services lorsque la rotation du personnel est élevée. La stabilité de l'emploi est nécessaire pour développer les compétences et les qualifications des employés. Il arrive trop souvent que les sociétés du secteur de la distribution engagent des travailleurs pour une durée déterminée, soit directement, soit en passant par une entreprise de travail temporaire..."
  • "Le secteur de la distribution est plongé dans une profonde restructuration de ses schémas de travail, principalement à cause des nouvelles technologies qui ont un impact massif sur l'emploi. Sans vouloir rejeter les nouvelles technologies, il faut anticiper les changements..."
  • "Un nombre beaucoup trop élevé d'emplois créés dans le  secteur de la distribution sont sous-payés et s'inscrivent dans des cadres temporels inacceptables..."
  • "La cohésion sociale est également menacée par la dérégulation de la législation sur les horaires de travail et/ou des conventions collectives existant dans différents pays. À cet égard, UNI Europa Commerce a adopté une position claire en indiquant que les employés ne sont pas suffisamment protégés..."
  • "La flexibilité est principalement utilisée dans l'intérêt de l'entreprise qui souhaite attirer plus de consommateurs et non dans l'intérêt des travailleurs. On demande aux travailleurs d'adapter leurs horaires de travail à des périodes de promotion permanentes (ventes d'été et d'hiver, offres spéciales et occasions spéciales comme la rentrée scolaire, Halloween, Noël, fête des mères, etc.). Ceci implique une réorganisation fréquente du magasin tout en maintenant le service à la clientèle. La réduction du personnel employé pour réaliser le travail fait en sorte que la charge de travail est devenue insupportable avec les conséquences que cela engendre pour la santé et la sécurité des employés..."
  • "UNI Europa Commerce estime que, lorsqu'il n'y a pas de partenaires sociaux ou lorsque le dialogue social ne fonctionne pas, ce sont les autorités publiques qui doivent protéger les travailleurs contre les abus..."
  • "Nous pensons que la législation actuellement en vigueur dans l'UE et celle des États ne sont pas suffisamment protectrices ni respectueuses et, par conséquent, qu'elles ne garantissent ni la santé, ni la sécurité, ni la dignité, ni la conciliation entre la vie professionnelle et la vie familiale des employés..."
  • "En d'autres termes, le travail du dimanche contredit tout à fait l'objectif du Parlement européen, du Conseil et de la Commission visant à accroître la participation des femmes sur le marché de l'emploi..."
  • "Suite à différentes études, dont la recherche menée par Eurofound, UNI Europa Commerce rappelle que le secteur du commerce et de la distribution est un des plus affectés par la violence de tiers... Cette violence est souvent le résultat de défauts d'organisation du travail comme l'absence de caissiers, le croissant phénomène du "personne à qui parler", et le manque d'effectifs formés pour gérer des situations de conflit."
  • D'après l'annexe au rapport de la Commission, lorsque la législation du travail et les conventions collectives permettent l'ouverture de magasins indépendants le dimanche ou prévoient des conditions de travail moins exigeantes dans ces magasins, on peut assister à la pénétration d'importants groupes de distribution qui se développent sur ces marchés à travers le système de franchise."
  • "Comme le signale très justement le rapport de la  Commission, une incertitude légale est mise à profit, intentionnellement ou non, par certaines entreprises et pourrait devenir de plus en plus fréquente si aucune action n'est prise dans le domaine du droit européen. Dans de nombreux pays, certaines grandes entreprises investissent dans la franchise parce que les franchisés sont souvent des PME ou des magasins à petite échelle qui sont protégés par des conventions collectives plus favorables à l'entreprise. C'est également un moyen pour les employeurs dépourvus de tout scrupule de contourner la législation relative à la liberté d'association, c'est-à-dire la liberté de créer des syndicats ou des organes de représentation des travailleurs comme les comités d'entreprise."


Pour la Section Commerce, nous sommes conscients que les valeurs libérales et les remises en cause des droits sociaux, accompagnées par la Commission de l'UE, ne seront pas inversées demain matin. L'évolution législative française ne va pas à contre courant et, ce mois-ci, LIAISONS SOCIALES titre : "Dépendance : vers une seconde journée de solidarité ?", "De plus en plus de salariés travaillent la nuit". Notre pays est bel et bien dans le cadre des différents traités européens, entre autres la libre concurrence gravée par le Traité de Maastricht.

La loi sur la représentativité et sur le temps de travail n'améliore rien et, au contraire, engendre les problèmes qui préoccupent notre Section fédérale et UNI Europa Commerce. Elle ne fait que réduire la présence syndicale dans les entreprises ou adapte cette dernière au fur et à mesure pour mieux déroger aux droits conventionnels et, par conséquent, développer le dumping social.

Les propositions patronales dans les négociations de branches démontrent que les organisations patronales sont décomplexées à l'extrême : "travail du dimanche, modulation du temps de travail pour les temps partiels, travail de nuit, forfait jours, modération salariale, écart de minima d'un euro par un euro... et une folle envie de mettre en place les commissions de validation des accords dérogatoires des entreprises dépourvues d'organisations syndicales."

Nous ne capitulerons pas, seule une organisation syndicale indépendante peut organiser les travailleurs et porter des revendications claires pour l'amélioration des biens matériels et moraux de ses mandants. Résistons ! Militons !
___ __ _
Syndicat du Commerce Nantes & Région : R. AIGOIN - Tél.:02.28.44.19.00
Syndicat du Commerce Alimentaire :  Yann COUROUSSET - Tél .: 02.28.44.19.44