InFOrmation syndicale

LUNDI 5 NOVEMBRE COMMISSION ADMINISTRATIVE - DU MARDI 20 AU JEUDI 22 NOVEMBRE FORMATION "NÉGOCIER" ...

Le 4 pages "Spécial Retraites" est disponible à l'Union Départementale FO44.

23 février 2012

ENSEIGNEMENT, CUTURE, FORMATION PROFESSIONNELLE: LA FNEC-FP-FO44 EN FORCE ET A L'OFFENSIVE

Plus d'une centaine de syndiqués ont participé à l'AG annuelle de la FNEC-FP-FO44, en présence de Jacques Paris, secrétaire général du SNFOLC, d'Olivier Rosière, secrétaire académique du SNETAA-FO, et de Michel Le Roc'h, pour l'UD.
Armelle Le Mauff, secrétaire départementale, présidait l'Assemblée, où sont notamment intervenus Laurent Bertotti, secrétaire du SNUDI, Jean-Paul Charaux, secrétaire du SNFOLC, et Pascale Boutet sur les CHSCT. Alain Cartereau représentait le SPASEEN.

Au coeur des discussions : les ravages de la RGPP dans l'Education nationale, qui se traduisent notamment par :
  • 14 000 suppressions de postes au plan national, dont au niveau académique 98 dans le second degré, 137 dans le premier degré, et 15 dans les services administratifs,
  • une dégradation accrue des conditions de travail,
  • une remise en cause des acquis statutaires, et une menace directe sur les déroulements de carrière des enseignants du primaire et du secondaire, du fait de la réforme annoncée de "l'évaluation" professionnelle des intéressés.

La FNEC-FP-FO organise, non sans succès, la résistance sur le terrain, que ce soit au niveau national ou plus local. (Cela dans un cadre intersyndical, lorsqu'un accord sur les revendications et les modalités d'action le permet. A défaut seule, lorsque, de concert, l'ensemble des autres organisations couvrent les projets ministériels).

Car la clarté est gage de réussite : ainsi les grèves et manifestations enseignantes des 15 décembre et 31 janvier derniers, sur des mots d'ordre ciblés à l'appel de tous les syndicats, excepté les chérèquiens du SGEN, ont contraint le ministère à geler et différer certains des dispositifs de son projet sur "l'évaluation".

Sur un plan syndical local, la FNEC-FP-FO 44 et l'UD se sont retrouvées seules à mener jusqu'à son terme le combat pour le maintien de deux collèges publics à Vertou. Et la partie a été gagnée: suite à la rencontre de J.C. Mailly avec les personnels enseignants, techniques et administratifs des 2 collèges "vertaviens", le 13 septembre dernier, le conseil général jugea de sage prudence de pérenniser l'établissement dont il avait programmé la fermeture.

Autre victoire locale FO dont l'AG ne put que se féliciter : le tout récent jugement du tribunal des prud'hommes de Saint-Nazaire déclarant qu'il y avait lieu de transformer en CDI les CDD de 5 "employés de vie scolaire". Un jugement appelé à faire jurisprudence.

La poussée, tant nationale que régionale, de la FNEC aux élections d'octobre dernier n'est que la traduction de l'écho croissant des analyses et revendications du syndicalisme indépendant parmi tous les corps de personnels de l'Education nationale.

Pour contrer cette montée en puissance de la FNEC-FP-FO, le gouvernement et ses complices syndicaux (dont CGT, FSU, UNSA, CFDT) ont signé les accords dits "de Bercy", accords liberticides en application desquels aujourd'hui la FNEC, qui vient de progresser de 3 points aux élections d'octobre dernier, devrait perdre 15% des "moyens syndicaux" lui étant jusqu'alors attribués... tandis que d'autres organisations en fort recul électoral vont elles... bénéficier d'un surcroît de "moyens" ! Les militants de la FNEC engagent donc d'ores et déjà la nouvelle bataille qui s'impose pour la sauvegarde de la démocratie syndicale.
___ __ _