InFOrmation syndicale

LUNDI 10 DÉCEMBRE À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE - DU LUNDI 17 AU VENDREDI 21 DÉCEMBRE FORMATION "DÉCOUVERTE DE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" - ...

L'AGENDA 2019 EST DISPONIBLE ! ...à commander.

20 novembre 2013

CONTRE L'AUSTÉRITÉ AU CHU ET DANS LES HÔPITAUX, PRÉPARER NATIONALEMENT LE RAPPORT DE FORCES

Déclaration  de  la  section  FO  du  CHU  de  Nantes 
Aujourd’hui, sous prétexte d’ouverture de plateaux ambulatoires, et afin de lancer son programme de suppression de 500 postes (cf. information du CTE du 30 septembre) accompagnant la disparition de 300 lits sur l’Ile de Nantes (1), la Direction nous refait le coup de la MAPE (2) (Mise à Plat des  Effectifs) ! Mais quasiment en catimini.

Les équipes certes sont informées. Elles ont même reçu leur fiche de vœux pour de nouvelles affectations.
Mais la réorganisation des services n’a pas été inscrite à l’ordre du jour des CTE et CHS-CT des 30 septembre et 4 octobre.
Cependant un CTE extraordinaire (programmé le 17 octobre) aura lieu... le 12 décembre.  Quelques jours avant la trêve des confiseurs !… La Direction craindrait-elle une mobilisation des salariés ?
Les unités de médecine sont restructurées sur la base de 32 lits, en diminuant à nouveau l’effectif en infirmiers diplômés d'Etat et agents des services hospitaliers. Ce qui se traduit par  une diminution du ratio soignants/patients.

Plus c’est gros, mieux ça passe !
La Direction «vend» sa  brillante  décision  en  l’accompagnant  de  la  mise  en  place  de  logisticiens  et  de  préparateurs  en pharmacie dans les unités de soins.
Mais ça sent le réchauffé ! En effet, c’était déjà une promesse antérieure... non tenue. Et la Direction s’appuie sur sa nouvelle promesse pour supprimer à nouveau des postes ! Plus c’est gros, mieux ça passe !
Sans remettre en cause la plus-value de ces métiers  (un poste  de logisticien existe sur des unités de l’Institut du thorax, un poste de préparateur sur l’ostéoarticulaire: les salariés des unités en sont plutôt satisfaits), ces fonctions déployées sur plusieurs unités ne remplaceront pas les postes d’infirmiers et agents des services manquants ou supprimés.

Des maquettes directoriales fondées sur des critères comptables 
Ces maquettes établissent un nombre déterminé de personnels pour la prise en charge des patients... non en fonction de la charge de travail correspondant aux besoins, mais selon les moyens financiers dont la direction déclare disposer.
Tous les professionnels sensés savent que ces maquettes ne sont pas viables pour une prise en charge correcte des patients. En effet, elles ne prennent pas en compte entre autres :
- la moyenne d’âge très élevée des hospitalisés, 
- l’état de démence d’un grand nombre de patients ayant donc besoin d’une surveillance supplémentaire du fait de leur désorientation, 
-  les effectifs déjà insuffisants,
- l’obligation réglementaire de se former pour les soignants (DPC : développement personnel continu).

Par conséquent, les maquettes ne pourront que dégrader encore davantage les conditions de travail des hospitaliers.
Rappelons pour mémoire que ce  type  de  maquettes  imposées  dans  un  autre  centre  hospitalier  de  la  région  a  conduit  à  une  augmentation de l’absentéisme  de 43 %. Les mêmes causes  produisant  les mêmes effets, ce sera le cas au CHU de Nantes (alors que la "productivité" y a augmenté de 16,3 % en 5 ans).
Qui plus est, la Direction  multiplie à sa guise les  journées  de  4  heures, de 9 h 30,  sans  l’accord  des salariés, ainsi que les passages en  12  heures ...  en ayant pris soin d'oublier de préciser qu'il s'agirait de 12 heures payées 11 heures 30 ! 

Nantes n'est pas une exception.
Le problème est national. Notre riposte doit l'être aussi !
Le personnel hospitalier du CHU (tous grades et secteurs d’activités confondus) le déclare de plus en plus souvent : « Ras l’bol. On n’est pas assez ! Il faut faire quelque chose ! Mais tous les hôpitaux ensemble, ce serait bien. »
Force Ouvrière est d’accord avec cette analyse.
En 2013, 4000 emplois ont été supprimés  dans les hôpitaux, qui affichent par ailleurs plus de 900 millions de «déficit».
Ce n’est donc malheureusement pas qu’un problème nantais! Des centaines d’établissements sont concernés.

La Ministre de la Santé impose à nouveau 440 millions d’économies en 2014 dans les hôpitaux (l’équivalent de 12 000 postes), comme elle impose des baisses de tarifs.
Cette politique, qui s’inscrit dans la réduction des dépenses publiques impulsée par les instances européennes et la règle d’or budgétaire, est la responsable de la dégradation des conditions de travail des hospitaliers.
Il faut rompre avec cette politique qui étrangle les hôpitaux, casse les  personnels  (qui devraient en plus travailler 43 ans!), et remet en cause droits et statuts. Nos gouvernants ont la possibilité de faire d’autres choix !
Les seuls combats que nous sommes sûrs de perdre sont ceux que nous ne menons pas.
En  2011 déjà,  la  Direction  du  CHU  affirmait  que  les  blocs  avaient  suffisamment  de  postes,  que  tout  était  une  question d’organisation.  Avec Force Ouvrière la  grève massive  des hospitaliers des blocs (en moyenne 60 % et jusqu’à plus de 87 %) permit la création de 13 postes. 
La nouvelle MAPE annoncée par la direction pourrait donc bien être l’étincelle qui allumera le feu. 
Alors,  nous le réaffirmons :
Avec les hospitaliers qui refusent de nouvelles dégradations tant de leurs conditions de travail que de la prise en charge des patients,
Force Ouvrière veut préparer le rapport de force pour gagner."


1- L'ex-ministre de la Santé, Mme Bachelot, avait conditionné son accord pour le transfert du Centre Hospitalier sur l'Ile de Nantes à la suppression de 300 lits. 
Condition maintenue par l'actuelle ministre de la santé, avec (cf. information "complémentaire" communiquée le 30 septembre), suppression concomitante de 500 postes, que le développement de la chirurgie et de la médecine ambulatoires serait censé justifier. 

2- MAPE : La MAPE (mise à plat des effectifs) date de fin 2010. Elle  est la conséquence d'un plan de retour à l'équilibre, avec suppression d'emplois et redéploiement d'effectifs.