InFOrmation syndicale

VACANCES "FO44.ORG" DU 15 JUILLET AU 1er SEPTEMBRE 2017

21 mars 2016

Manifestations massives le 9 mars 2016 pour le retrait du projet de loi El Khomri

Appelées par les organisations de jeunesse UNEF, UNL, FIDL, ainsi que par les organisations syndicales CGT-FO, CGT, FSU et Solidaires, les manifestations du 9 mars 2016 pour le retrait du projet de loi El Khomri ont été un succès. 
Plus de 400 000 personnes se sont rassemblées dont 20 000 en Loire-Atlantique. 
Un premier succès qui prépare la grève interprofessionnelle du 31 mars.

À suivre, Extrait du discours prononcé le 9 mars devant les manifestants de Nantes et St-Nazaire
Le projet de loi EL KHOMRI s’ajoute à la politique d’austérité menée par le gouvernement avec son pacte de responsabilité de 50 milliards qui détruit le service public.
Nous sommes avec les étudiants et lycéens qui ont décidé de combattre le projet de loi EL KHOMRI, comme ils l'avaient déjà fait en 2006 contre le CPE. (…) A leur côté, la Cgt-Force-Ouvrière mobilise et exige le retrait pur et simple de ce projet scélérat.
Il n’est pas question pour nous de laisser penser que ce projet de loi serait amendable ou négociable. Contrairement à d'autres qui revendiquent quelques modifications, nous refusons de cautionner une politique entièrement tournée vers la satisfaction des revendications patronales.
Ce projet de loi remet en cause la finalité même du code du travail : protéger les salariés. Il veut remplacer dans le Code du Travail le lien de subordination juridique qui caractérise le contrat de travail entre un employeur et un salarié. En lui substituant la notion de « soumission librement consentie », c’est tout le fondement du Code du Travail qui saute.
Il organise la primauté quasi systématique de l'accord d'entreprise sur les accords de branche. Il permet ainsi de déroger au « principe de faveur » qui veut qu'entre deux niveaux, la disposition la plus favorable s'applique. La « norme » serait inversée  le contrat de travail venant à primer sur la loi, au service de règles d’entreprise soumises aux pressions directes des employeurs.
Et il y a toutes les mesures sur le temps de travail qui font exploser les « 35 heures ».  Oui, ce projet de loi « travail » sécurise les employeurs et fragilise les salariés et c’est pour cela qu’il faut exiger son retrait.
Tout doit être mis en œuvre pour exiger son retrait sans aucune concession.
Nous appelons les salariés, aux côtés des retraités, chômeurs et jeunes, à préparer avec détermination la journée de grève interprofessionnelle du 31 mars. Nous invitons les salariés à se réunir avec leurs sections syndicales sur leur lieu de travail, pour discuter et organiser la mobilisation. (…)
N’ayons qu’un seul mot d’ordre : « Retrait total de la loi El Khomri » !
_____ __ _
Voir aussi : Grève jusqu'au retrait du projet El Khomri