InFOrmation syndicale

9 AU 13 SEPTEMBRE STAGE "SANTÉ, SÉCURITÉ ET CONDITIONS DE TRAVAIL" --- 30 SEPTEMBRE AU 4 OCTOBRE STAGE "DÉCOUVERTE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" --- 1er OCTOBRE COMMISSION ÉLARGIE À LA SALLE ESTUAIRE DE COUËRON ---- 29 AU 31 OCTOBRE STAGE "CONNAÎTRE DES DROITS" --- 4 AU 8 NOVEMBRE STAGE "FONCTIONNEMENT ET COMMUNICATION DU SYNDICAT" --- 16 AU 20 DÉCEMBRE STAGE "DÉCOUVERTE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" --- ...

15 décembre 2008

RETRAITE - Contre la Provoc du MEDEF : Le Poisson d'Avril


Après la provocation du MEDEF, FORCE OUVRIERE appelle les salariés à prendre leur retraite avant le 1er avril 2009

Les craintes s’accumulent sur les possibilités de liquider ses droits à retraite selon les règles en vigueur, les atteintes et les menaces se faisant toujours plus pesantes.

Ainsi, lors du débat parlementaire sur le PLFSS et face à la volonté du Gouvernement de faire sauter tous les âges couperets liés à la retraite, conformément à de vieilles pratiques, un amendement MEDEF/UMP est venu brouiller le paysage en créant une nouvelle limite à 70 ans, à défaut de réussir à repousser l’âge légal à 62, voire 63 ans.

Mais, ce que le MEDEF n’obtient pas par la Loi, il entend bien l’imposer par le chantage aux retraites complémentaires.

C’est ainsi qu’à quelques semaines de l’ouverture de la renégociation de l’accord ARRCO/AGIRC - le 27 janvier 2009 - et de son volet AGFF (financement de la retraite avant 65 ans), Jean-René BUISSON, Président de la Commission protection sociale de l’organisation patronale se livre par voie de presse à une attaque d’une rare violence contre l’édifice conventionnel des régimes paritaires de retraite complémentaire.

Réaffirmant son regret de n’avoir pas obtenu un recul de l’âge de la retraite, M. BUISSON menace «de ne pas maintenir l’AGFF » et en fonction « d’un mandat d’une fermeté absolue [quant] au refus d’augmenter les cotisations », restent deux solutions : « baisser les prestations ou reculer l’âge de la retraite » !

Fin connaisseur de la sociologie des organisations syndicales de salariés ( ?), M. Buisson suppute notre attachement à la retraite à 60 ans lié au vieillissement de nos troupes…

La menace proférée par le négociateur patronal ne doit pas être prise à la légère car à défaut de reconduction de l’accord AGFF, les retraites complémentaires pourraient être amputées jusqu’à 22 % pour celles qui seraient liquidées après le 1er avril 2009.

Aussi, en réponse au chantage patronal, la Confédération FORCE OUVRIERE appelle les salariés qui remplissent aujourd’hui les conditions pour partir à la retraite au taux plein, à faire liquider immédiatement leurs droits à pension ou au plus tard le 1er avril 2009 inclus.

Consciente de ses responsabilités particulières, eu égard notamment à ses engagements dans la constitution et la gestion des régimes paritaires, la Confédération FORCE OUVRIERE mesure la portée d’une telle recommandation mais ne saurait se résoudre à sacrifier les intérêts des futurs retraités à la surenchère et au chantage du MEDEF.


Bernard DEVY