InFOrmation syndicale

LE BLOG FO44 SERA EN VACANCES DU 26 OCTOBRE AU 2 NOVEMBRE -- LUNDI 2 NOVEMBRE À 9H15 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE -- DU LUNDI 5 AU VENDREDI 6 NOVEMBRE STAGE "CSE" -- ...

07 novembre 2011

FO DENONCE "UNE ATTAQUE FRONTALE CONTRE LE MONDE DU TRAVAIL"

Le gouvernement remet un coup sur la tête des salariés: désindexation de prestations sociales, hausse de la TVA, gel du barème de l’impôt sur le revenu, baisse des dépenses de santé et application accélérée de la loi sur les retraites.


Le Premier ministre, François Fillon a dévoilé ce lundi à la mi-journée un nouveau plan de rigueur avec un certain nombre de mesures qui vont plomber encore un peu plus le pouvoir d'achat des salariés et leurs droits sociaux, en particulier des plus modestes. 

Ainsi, a-t-il annoncé le gel des prestations sociales: «en matière de prestations sociales nous proposons à titre exceptionnel pour 2012-2013, de revoir les règles d'indexation en les calant sur la croissance avec une indexation forfaitaire de 1%», à savoir, le taux de croissance prévisionnelle gouvernementale. En clair, ces prestations ne seront plus indexées sur l’inflation mais sur le niveau de croissance espéré. Du jamais vu…même s'il a ajouté que les revenus de remplacements – pensions de retraite, le revenu de solidarité active (RSA), allocation adulte handicapé (AAH), l'allocation de solidarité spécifique (ASS) versée aux chômeurs, le minimum-vieillesse – resteront revalorisés selon les règles actuelles. Il a décidé également un nouveau coup de frein aux dépenses de l’assurance maladie, dont la progression serait ramenée à 2,5% à partir de 2012, (au lieu des 2,8% prévus auparavant). Cela devrait se traduire par une énième compression des droits des assurés sociaux (déremboursement des médicaments et/ou réduction de prise en charge des soins médicaux). Il a décidé également d’accélérer l’application de la loi sur les retraites votée en 2010 afin d’avancer le passage de l'âge légal à 62 ans en 2017 au lieu de 2018. Ce qui va impacter directement les salariés et sacrifier les générations 1952 à 1955. 

En matière fiscale, le gouvernement prévoit de «geler pour les deux prochaines années le barème de l'impôt sur le revenu» ainsi que le relèvement du taux réduit de TVA de 5,5% à un taux intermédiaire de 7% «sur tous les produits et les services à l'exception des produits de première nécessité notamment l'alimentation». En 2012, son objectif global est d’économiser 7 ou 8 milliards d'euros de plus que ceux prévus par son précédent plan (11 milliards d’euros annoncés le 24 août dernier). 

Face à l’amplification de cette politique d’austérité, la confédération FO dénonce «une attaque frontale contre le monde du travail : salariés, demandeurs d’emploi et retraités». Pour FO, l’ensemble des mesures «constitue une nouvelle fois une réponse soumise aux marchés financiers et aux agences de notation». Comme le soulignait, ce matin sur France Info, son secrétaire général, Jean-Claude Mailly, «on glisse vers une situation à la grecque». Il avait ajouté: «j’ai l’impression «Monsieur Fillon et Monsieur Baroin (son ministre des Finances), c’est Messieurs Standard & Poor’s».