InFOrmation syndicale

LUNDI 5 NOVEMBRE COMMISSION ADMINISTRATIVE - DU MARDI 20 AU JEUDI 22 NOVEMBRE FORMATION "NÉGOCIER" - ...

06 février 2012

CTE AU C.H. DE ST-NAZAIRE : DON CAMILLO ET PEPPONE PACSES

Le 17 janvier était programmé le premier Comité Technique d’Etablissement (CTE) depuis les élections professionnelles d’octobre 2011. Ce dernier était essentiellement convoqué pour présentation et installation, à savoir l’accueil de la nouvelle représentativité syndicale, l’élection du secrétaire du CTE, l’élection du représentant du CTE à la Commission Médicale d’Etablissement (CME) et les élections des divers représentants du CTE aux sous-commissions de la CME (4 sièges à pourvoir).


Pour rappel, les élections professionnelles des représentants au CTE d’octobre 2011 ont donné les résultats suivants pour l’ensemble des 3 collèges :

  • Force Ouvrière : 38,37% (+4,5% et 6 sièges au CTE)
  • CGT : 31,46% (+2,1% et 6 sièges au CTE)
  • CFDT : 22,55% (3 sièges au CTE)
  • SUD : 7,60% (0 siège au CTE)

Dans l’établissement, Force Ouvrière, déjà majoritaire en 2007, réalisait la plus forte progression et affirmait donc sa représentativité syndicale.

Pour autant, le CTE a pu observer l’entente cordiale de la CGT et de la CFDT qui ont préféré se distribuer les rôles en votant l’un pour l’autre, et l’autre pour l’un, pour élire un représentant CGT ici, un représentant CFDT là, et ne laisser aucune place à Force Ouvrière.

Il semble que leurs oppositions de fond, sur des sujets aussi importants que (par exemple) la privatisation des maisons de retraite Avalix et Etoile du matin ou encore le projet de cité sanitaire, fassent partie du passé.

Le fameux 8 voix (6 CGT + 2 CFDT) contre 6 voix (FO) aura donc été de rigueur tout au long de ce premier CTE.

Force est de constater que la position commune sur la représentativité syndicale de 2008, signée entre la CGT, la CFDT, le MEDEF et le gouvernement, trouve ici son aboutissement !

FO remarque que l’unité syndicale prônée par la nouvelle entité «CFGT» n’admet aucune différence de point de vue et exclut, de fait, notre organisation. Ceci nous conforte dans l’appréciation que nous avons de notre liberté et de notre indépendance envers ce tandem «officiel», et garantit notre attachement indéfectible à porter uniquement les revendications des personnels.