InFOrmation syndicale

MARDI 9 OCTOBRE JOURNÉE DE MOBILISATION INTERSYNDICALE CONTRE LE DÉMANTÈLEMENT DES CONQUÊTES SOCIALES...

Le 4 pages "Spécial Retraites" est disponible, à partir du lundi 17 septembre, à l'UD-FO44.

20 février 2013

LA DÉCENTRALISATION MENACE LA RÉPUBLIQUE


C’est l’éclatement de la République. Le 7 avril, les Alsaciens sont appelés à se prononcer par référendum sur la création du Conseil d’Alsace, collectivité unique fusionnant les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin et la Région Alsace. Cette nouvelle organisation pourrait être mise en place dès 2015. 


La nouvelle collectivité aura des compétences élargies et pourra notamment expérimenter des politiques locales nouvelles. «Dans la zone frontalière, elle pourra par exemple mettre à plat le Code du travail pour créer une zone franche et y appliquer le droit du travail suisse, et quel sera alors le rôle des syndicats, s’alarme devant le CCN Jacques Rimeize, Secrétaire général de l’Union départementale du Haut-Rhin. Et ce n’est pas seulement une expérimentation puisque ça risque aussi de se faire en Limousin et peut-être en Bretagne.» FO, qui appelle à voter non, organisera en avril, à Colmar, un meeting sur la question.

ZONE FRANCHE DU TRAVAIL 

Les fédérations et unions départementales FO s’inquiètent plus globalement de l’acte III de la décentralisation, voulu par François Hollande et qui transfère de nouvelles compétences de l’État aux collectivités locales et un pouvoir d’adaptabilité des normes. Ces transferts se feront de façon différenciée, selon les demandes des collectivités territoriales.

«La République est menacée dans ses fondements et son essence, s’est inquiété Pascal Lagrue du Rhône. Les territoriaux sont menacés dans leurs emplois et leurs missions. Pour les habitants, c’est la santé, les services publics, l’Éducation nationale qui vont changer.»

Des regroupements de communes, fortement encouragés par l’État, sont en cours. Après Nice et Lyon, c’est au tour de Marseille. Ce projet, auquel FO est farouchement opposée, recueille la contestation unanime des 107 communes appelées à se regrouper.

«Avec la modernisation de l’action publique et la décentralisation, on se demande s’il va rester une direction départementale,  s’est  inquiété Christian Grolier de la Fédération FO des Fonctionnaires. La seule solution pour nous faire entendre, c’est d’arrêter le travail.»
___ __ _
Article paru dans FO Hebdo n°3062