InFOrmation syndicale

DU MARDI 20 AU JEUDI 22 NOVEMBRE FORMATION "NÉGOCIER" - ...

02 octobre 2013

BRAS DE FER À L'EPMS DE ST-BREVIN

Le succès de la mobilisation des personnels de l'EPMS le 5 septembre illustre leur détermination à arracher satisfaction
L'Etablissement Public Médico-Social (EPMS) «Le Littoral» de Saint-Brévin est un établissement relevant de la fonction publique hospitalière. C'est le plus gros des quatre établissements issus de l'ancienne "Maison Départementale" de Mindin et également l'un des plus importants de France, puisqu’il emploie environ 700 personnes pour 535 postes budgétaires. Il accueille en permanence  430 résidents aux pathologies très lourdes, tant sur les plans physique, médical que psychique. FO y est majoritaire (54,70 % des voix) devant la CFDT et la CGT.

Contre le plan de retour à l'équilibre ...
Alors que dès 2011 Force Ouvrière avait déjà alerté les deux "tarificateurs", le Conseil Général et l'ARS, sur la gestion managériale et financière du directeur nouvellement recruté, l’établissement s’est brutalement retrouvé "déficitaire" d'un million d'euros en 2012, et de nouveau  en 2013.
D’où l’annonce par la direction d’un plan de retour à l'équilibre financier prévoyant :
- le non renouvellement des CDD susceptibles de bénéficier d’un CDI (6 ans d’ancienneté) et du dispositif de recrutements réservés dans la fonction publique,
- le non remplacement des arrêts maladie, d’où un fonctionnement à horaires coupés et à effectifs réduits entraînant épuisement physique et mental des personnels,
- la suppression des renforts auprès des résidents «difficiles», d’où une insécurité et une mise en danger pour les personnels de ces unités,
- un projet de réorganisation du temps de travail qui prévoit la suppression des RTT,
- l’arrêt des travaux (sans cesse  reportés depuis 6 ans) pour une unité aux locaux vétustes,
- la suppression des repas thérapeutiques et des séjours extérieurs pour les résidents.

 ... FO mobilise
Cette annonce a mis le feu aux poudres ; et lors de l'AG tenue par FO le 5 septembre, les 180 agents présents, exigeant la suspension immédiate de ces mesures, ont voté pour le dépôt d'un préavis de grève reconductible.
FO considère que ce n’est ni aux personnels ni aux résidents de subir les conséquences de la gestion managériale et financière de la direction.
Le syndicat rappelle que l’EPMS accueille toute l’année des résidents très lourdement handicapés qui ne trouvent place nulle part ailleurs. Ainsi les «double inadéquats» qui ne relèvent ni de l’hôpital ni du médico-social. Les pouvoirs publics ont déjà fait des économies en transférant ces personnes de l’hôpital psychiatrique vers le médico-social. Faire de nouveau des économies sur le dos des personnels et des résidents est donc indigne et inacceptable.

150 agents ont débrayé à l’appel de FO le 5 septembre lors de la tenue du CTE qui devait examiner les mesures précitées, FO demandant aux représentants CGT et CFDT l’adoption d'un cahier de revendications. Après réflexion, la CGT a rejoint le mouvement, la CFDT se joignant par contre aux pleureuses de l’ARS pour stigmatiser le grand méchant FO, coupable, par la mobilisation des personnels, d'être à l'origine de l'annulation du CTE.
Depuis lors des demandes d’entrevue ont été faites auprès des "tarificateurs" et de Jean Marc Ayrault, puisque l’EPMS refuse d'appliquer la loi de 2012 permettant de recruter des contractuels par le biais de concours réservés et qu'elle prend au contraire prétexte de cette loi pour virer les intéressés pouvant prétendre à ces concours... alors que de 20 à 40 postes statutaires sont vacants !