InFOrmation syndicale

L'UNION DÉPARTEMENTALE FO DE LOIRE-ATLANTIQUE RESTE MOBILISÉE POUR FAIRE FACE À CETTE CRISE SANITAIRE SANS PRÉCÉDENT.
L’UNION DÉPARTEMENTALE FO DE LOIRE ATLANTIQUE CONSIDÈRE QUE TOUT DOIT ÊTRE MIS EN ŒUVRE POUR PROTÉGER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET, PARMI ELLE, DES SALARIÉS. IL NE PEUT Y AVOIR DEUX POIDS DEUX MESURES. POUR PROTÉGER LES SALARIÉS ET LA POPULATION, TOUTES LES ENTREPRISES, ADMINISTRATIONS ET ÉTABLISSEMENTS, EN DEHORS DES ACTIVITÉS DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ, DOIVENT FERMER.

05 septembre 2019

Condoléances à la famille et aux proches de Steve Maia Caniço

Communiqué de l'Union Départementale FO de Loire Atlantique - Nantes, le 1er août 2019


L'union départementale Force Ouvrière de Loire-Atlantique présente ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Steve Maia Caniço. Nous souhaitons faire part de notre émotion et de notre consternation sur les circonstances de la mort de ce jeune homme de 24 ans.

Dès le 25 juin dernier dans une lettre commune au préfet (1), nous avons condamné la charge violente entrainant la chute de plusieurs personnes dans la Loire et la disparition de Steve à l’occasion de la fête de la musique : « rien ne justifiait une intervention de gazage ».

Il est affligeant de constater que, sans attendre les conclusions de l’enquête judiciaire, et en s’appuyant sur le seul rapport de l’IGPN, le Premier Ministre justifie aujourd’hui l’intervention des forces de police et souligne l’absence de « lien entre l’intervention des forces de l’ordre et la disparition de Steve Maia Caniço », alors que ce même rapport fait état de l’utilisation de 33 grenades lacrymogènes, 12 LBD et 10 grenades de désencerclement.

L’Union départementale Force Ouvrière de Loire-Atlantique souhaite que le parquet de Nantes puisse enquêter et instruire en toute indépendance dans le cadre de l’ouverture d’une information judiciaire et contribuer enfin à faire éclater la vérité. Toute la lumière doit être faite sur la mort de Steve et notamment sur les conditions d’intervention des forces de l’ordre.


(1) à suivre, la "Lettre commune FO, Cgt, Solidaires et Fsu" du 25 juin 2019