InFOrmation syndicale

RASSEMBLEMENT DÉPARTEMENTAL GRÈVE DES FINANCES PUBLIQUE QUAI DE VERSAILLES LUNDI 16 SEPTEMBRE À 14H - MANIFESTATION À PARIS POUR LA DÉFENSE DES RETRAITES SAMEDI 21 SEPTEMBRE - STAGE CHSCT-SSCT À NANTES DU LUNDI 23 AU VENDREDI 27 SEPTEMBRE - COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE FO44 VENDREDI 27 SEPTEMBRE À 9H30 - STAGE PAP-CSE À NANTES DU JEUDI 3 AU VENDREDI 4 OCTOBRE - STAGE CE-CSE À NANTES DU LUNDI 14 AU VENDREDI 18 OCTOBRE - ...

06 septembre 2019

Non au travail du dimanche !

Nous avions rendu compte de l’excellent accord signé par FO dans le département, qui permet notamment de limiter drastiquement le nombre de dimanches travaillés dans l’ameublement, avec des contreparties supérieures au Code du travail. 
Il convient de rappeler l’opposition fondamentale de l’Union départementale aux ouvertures le dimanche et son attachement indéfectible au repos dominical. Comme l’ont démontré notamment les camarades d’Auchan Trignac [NDLR: interview en fin d'article], tout est une question de rapport de force.


Dans un contexte économique d’intense « guerre des prix » et de crise du pouvoir d’achat, les enseignes de la grande distribution ont décidé de se recentrer sur le « cœur de métier », en particulier l’épicerie. 
Dans les enseignes intégrées (Carrefour, Auchan, Casino), cela se traduit par des suppressions de postes (plan de départs volontaires, plan de sauvegarde de l’emploi ou rupture conventionnelle collective) et des ventes de magasins des enseignes intégrées. 
Pour les franchisés (Super U, Intermarché, Leclerc), où il revient aux patrons propriétaires de points de vente de gérer la crise, les licenciements paraissent indolores, mais n’en existent pas moins.

Ouverture du dimanche et pression maximale dans les enseignes intégrées
Dans ce contexte, les directeurs d’Hypers subissent une pression maximale de la Direction générale. Certains ont donc décidé d’ouvrir l’Hyper le dimanche matin, afin de gonfler leur chiffre d’affaires. L’autorisation du maire n’est pas nécessaire dans ce cas, si le magasin ferme à 13h et ne vend que de l’épicerie : rappelez-vous, le « cœur de métier »…
On explique alors aux organisations syndicales que seuls les volontaires et les étudiants travailleront ! Si cela ne suffit pas, on menace : le magasin sera cédé à la location gérance (franchise) et adieu l’ensemble des avantages signés dans le groupe par les organisations syndicales.

La situation dans le département
Dans le département, les deux magasins Auchan de Saint-Herblain et de Saint-Sébastien ouvrent le dimanche matin, respectivement depuis les mois de mars et avril 2018. Grâce au combat que nos camarades ont mené, le magasin Auchan Trignac reste quant à lui fermé.
Le Géant Casino de la Chapelle-sur-Erdre ouvre depuis le 2 juin 2019, même si cela lui vaut la colère des petits commerçants et du maire de la commune.
Enfin, nos camarades FO de Carrefour Beaulieu résistent actuellement aux pressions exercées par la direction, afin de conserver la fermeture de l’Hyper le dimanche matin.

Pratique contractuelle contre charte de bonne conduite
Il est possible de faire face à la généralisation du travail du dimanche.
Dans l’ameublement, nous avons signé un accord donnant aux salariés des contreparties supérieures au code du travail et limitant à 3 le nombre de dimanches ouverts dans l’année, contre 52 autorisés...
Ce texte n’a rien à voir avec le document relayé par les éditions d’Ouest France et Presse océan du 6 juin 2019, qui font état d’un pseudo-accord entre les organisations patronales (MEDEF, CPME, U2P), les organisations CFDT, CFE-CGC, CFTC, UNSA et les associations de commerçants (Plein Centre et Unacod) pour l’ouverture des commerces de centre-villes de la métropole nantaise trois dimanches de décembre 2020.
Il s’agit en réalité d’une charte de bonne conduite, en vigueur depuis 2014, sous l’impulsion de Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole. Nous avions alerté à l’époque sur les dangers et les dérives de ce texte. Le Medef, qui souhaitait juste un blanc-seing des organisations syndicales, nous avait alors exclus des négociations.
La protection des petits commerces, leitmotiv de l’époque, est maintenant réduite comme une peau de chagrin. Les signataires de ce pseudo-accord le reconnaissent même dans la presse...
à Force Ouvrière nous pensons que rien n’est définitif : les accords se font et se défont. Ce qui est possible dans l’ameublement peut l’être aussi dans les autres branches. Il suffit que les différentes parties veuillent bien s’asseoir à la table des négociations avec une réelle volonté d’aboutir.
La pratique contractuelle, rien que la pratique contractuelle.     

***

INTERVIEW : LA SECTION FO AUCHAN TRIGNAC



Article paru dans L'Ouest-Syndicaliste n°702
____ __ _
Articles connexes: 
FO signe un accord limitant le travail du dimanche dans l'ameublement
Il est urgent de réglementer par la loi et par des accords collectifs l’ouverture des magasins le dimanche (communiqué)