InFOrmation syndicale

22 AU 24 MAI STAGE "JE NÉGOCIE" --- 27 MAI À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE --- 27 MAI ASSEMBLÉE GÉNÉRALE AUDACE --- 28 AU 30 MAI STAGE "CONNAÎTRE SES DROITS" --- 6 JUIN DE 9H15 À 11H15 RÉUNION D'INFORMATION « COMMENT DÉCRYPTER LES COMPTES DE RÉSULTAT EN COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : PASSER DES CHIFFRES À L’ACTION » --- 17 JUIN DE 14H15 À 16H30 RÉUNION D'INFORMATION « ÉPARGNE SALARIALE » --- ...

18 octobre 2023

Trop c’est trop ! Les retraités veulent vivre !

 Édito de Claire Compain, Présidente de l’UDR 44 - Paru dans le supplément de L'OS n°740

Selon l’INSEE, les prix de l’alimentaire étaient en juillet 12,7 % plus élevés qu’un an plus tôt. Au total, sur deux ans, l’inflation dans les grandes surfaces est supérieure à 21 %. Quant à l’énergie, en 2023, l’augmentation atteint 25 % et on nous annonce une nouvelle hausse en 2024 dont pour nous rassurer la ministre nous dit qu’elle excédera pas 10 % ! C’est comme l’essence qui ne devrait pas dépasser les 2 euros le litre … 2 euros le litre … de qui se moque-t-on ?

Mais ce n’est pas disette pour tout le monde : non seulement les grands de ce monde se goinfrent à Versailles, mais les plus grandes entreprises françaises ont versé plus de 46 milliards à leurs actionnaires au cours du second semestre 2023.

Au cours de l’année 2022, le gouvernement a versé 200 milliards d’aides aux entreprises dont 73,5 milliards sous forme d’exonération de cotisations.

Entre janvier 2017 et août 2023, les prix ont augmenté de 17,5 % quand, sur la même période, les pensions de base n’ont augmenté que de 7,9 % : cherchez l’erreur !

Et que décide le gouvernement ? Une revalorisation des pensions de + 5,2 % au 1er janvier 2024. Le compte n’y est pas !

10% tout de suite et négociation pour rattraper le pouvoir d’achat perdu !

Voilà ce que nous dirons avec le groupe des 9 le 24 octobre prochain en manifestant devant la Préfecture à Nantes et la sous-Préfecture à Saint-Nazaire.

Au moment où ces lignes sont écrites, nous ne connaissons pas encore le taux de revalorisation des retraites complémentaires. L’exigence des négociateurs FO, c’est un taux au moins égal à l’inflation. 

Alors que l’état n’a rien à voir avec l’AGIRC-ARCCO, qui est le seul régime paritaire existant encore, le gouvernement entend puiser dans les réserves de ce régime pour payer la revalorisation du minimum contributif.

Voler deux ans de vie aux travailleurs, s’attaquer à notre Sécurité Sociale, à notre pouvoir d’achat, asphyxier l’hôpital public, détruire nos services publics… tout cela à coups de 49.3. Mais ce n’est pas fini.

Ce que le gouvernement prépare au travers du projet de budget comme du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2024, est dans la continuité de ce que nous venons de vivre. C’est la baisse des taux de remboursement des soins dentaires qui passent de 70 % à 60 % remboursés par la Sécurité Sociale, le reste à la charge des complémentaires Santé qui évidemment les répercuteront sur leurs tarifs, donc à la charge des assurés. On annonce des augmentations de tarifs de l’ordre de 8 % pour l’année prochaine, ce qui va encore grever le pouvoir d’achat des retraités.

Alors que l’hôpital public est à l’os, que l’accès aux soins est de plus en plus difficile par manque de personnels, résultat du numerus clausus en application depuis 50 ans, le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2024 prévoit une diminution de 1,3 milliards sur les dépenses de soins de ville et une augmentation de l’objectif de dépenses d’assurance maladie de seulement 3,2%, nettement inférieure à l’inflation. Ce qui fait dire à la Fédération hospitalière de France que cela représentera  deux milliards d’économies demandées à l’hôpital public.

On se souvient que le Président de la République avait promis en 2022, 50 000 emplois supplémentaires de soignants dans les EHPADs d’ici 2027.  On en sera fin 2024 à 9 300… 

Pourtant, la résistance de la population est là : nous l’avons vu pendant cinq mois contre le recul de l’âge de la retraite, ou le 9 septembre dernier à Ancenis où elle a fait bouger les lignes ou encore à Carhaix pour le maintien des urgences 24 h sur 24.

La résolution du dernier Comité Confédéral National des 26 et 27 septembre 2023 « demande à toutes les organisations, à tous ses militants et à ses adhérents de rester particulièrement vigilants et mobilisés. »

Le compte rendu de ce CCN aura lieu à Saint-Brévin le lundi 16 octobre prochain en présence de Fréderic Souillot. Ce sera l’occasion de discuter du bilan de la formidable mobilisation sur les retraites mais aussi de ce qu’il y a lieu de construire pour faire reculer ce gouvernement qui n’entend ni la rue ni le Parlement et ne connait que le 49.3, la répression et l’autoritarisme.