InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Commission Administrative de l'Union Départementale le 27 novembre
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

17 octobre 2017

Les retraités mobilisés contre l’austérité, lors des rassemblements du 28 septembre

Dans un contexte où le pouvoir d’achat des retraités a reculé de 20 % en douze ans, les organisations de retraités de Loire-Atlantique CGT-FO, CGT, CFE-CGC, CFTC, FSU, Solidaires, FGR-FP et LSR ont lancé un appel à se mobiliser le 28 septembre dernier contre l’augmentation de 1,7 point de la Contribution sociale généralisée (CSG) et pour la revalorisation des pensions. 
Cet appel a été massivement saisi, puisque 2 000 retraités se sont rassemblés à Nantes devant la Préfecture et 1 000 à Saint-Nazaire. à cette occasion, les organisations de retraités ont réaffirmé la dimension interprofessionnelle des revendications, notamment la défense des libertés syndicales, du Code du travail (contre les ordonnances Macron) et de la Sécurité sociale.

Intervention (extraits) de Claire Compain - Présidente de l’Union départementale des Retraités CGT-FO 44
M. Macron ose nous dire qu’il nous demande de faire un geste de solidarité vers les actifs, en prenant en charge la baisse des cotisations d’assurance chômage et des cotisations maladie à leur endroit. Il ne manque pas d’air ! (...)
Si nos anciens ont créé en 1945 un système basé sur les cotisations sociales, c’est précisément pour mettre la Sécurité sociale à l’abri des appétits des gouvernants et du capital financier : les cotisations sociales collectées par les URSSAF sont immédiatement reversées  sous forme de prestations maladie  aux malades et vieillesse aux retraités. C’est cela, la solidarité intergénérationnelle M. Macron ! (...) Le remplacement des cotisations par la CSG, c’est la destruction de la Sécurité sociale. Mes camarades, la CSG est un impôt qui de 1,1 % en 1991 lorsque monsieur Rocard l’a créée atteindra demain 8,3 % pour nous retraités, et l’impôt n’ouvre pas de droit contrairement aux cotisations. N’oublions pas que la CSG est payée à 80 % par les salariés. La CSG sur les revenus du Capital ne représente que 6 % de la CSG. (...)
Alors ça suffit, il faut les arrêter. Ce Président banquier qui se prend pour Jupiter n’a rassemblé au premier tour que 15 % des inscrits ! C’est un gouvernement faible qui veut nous frapper. (...) C’est tous ensemble, en même temps, que nous gagnerons, toutes branches confondues Public et Privé, salariés, chômeurs, retraités et jeunes dans l’unité sur des mots d’ordre clairs, dans une offensive déterminée, décidée unitairement. 

Intervention (extraits) de Roger Lepeix - au nom de l’association des Retraités de Saint-Nazaire et de l’UDR CGT-FO 44 [version complète]
Au plan national, le groupe des 9 organisations de retraités (FO, CGT, UNIRS, SOLIDAIRES, CFE-CGC, CFTC, FSU, FGR FP, LSR, UNRPA) a demandé à plusieurs reprises à être reçu par le Président de la République. Ce dernier, prétextant un emploi du temps chargé, nous a opposé une fin de non-recevoir et nous a renvoyés sur le ministère de la santé. (...)
Il est vrai qu’à ses yeux nous sommes des nantis ou peut-être même des fainéants ! C’est pourquoi il s’apprête à augmenter la CSG de 1,7 point et à réduire ainsi le pouvoir d’achat de dix millions de retraités, en considérant qu’au-delà de 1 200 € de pension pour une personne vivant seule, 2 042 € à deux, un retraité est suffisamment aisé… Ainsi dès le 1er janvier cette mesure aboutirait à une perte annuelle de plusieurs centaines d’euros pour plus de 60 % de retraité-es. Ils se moquent de nous !
Nous n’acceptons pas cette augmentation de la CSG et ce n’est pas la faible augmentation au 1er octobre de 0,8 % de la retraite de base (Sécurité sociale), qui nous fera changer d’avis. Cette soi-disant augmentation permet seulement de compenser une partie de l’inflation, pour une partie des retraités. D’autant plus qu’on nous annonce déjà 0 % d’augmentation pour 2018. (...)
Nous réclamons, et c’est justifié, un retour à l’indexation des retraites et pensions sur l’évolution des salaires. (...) Nous sommes là aujourd’hui pour dire « Nous ne lâcherons rien », « Nous ne les laisserons pas massacrer nos acquis »... 
____ __ _
Mobilisation des retraités à St Nazaire, le 28 septembre 2017